Le Royaume-Uni ne veut plus des antennes Huawei

Faisant suite à la campagne de boycottage menée par les Etats-Unis auprès de ses alliés européens à l’encontre de Huawei, le Royaume-Uni a pris une nouvelle série de décisions le lundi 30 novembre 2020, nous rapporte Bloomberg.

Pour rappel, les Etats-Unis ont farouchement dissuadé les pays européens de conclure des accords de partenariat avec Huawei dans le cadre de la mise en place de leur infrastructure de réseau de dernière génération 5G au motif que l’entreprise chinoise est un espion de la Chine et risque de s’introduire dans l’infrastructure critique pour surveiller les pays.

Crédits Pixabay

Huawei a continuellement nié ces accusations avec vigueur. Et si certains pays, comme le Royaume-Uni, ont voulu initialement lui accorder une place dans son infrastructure, ces pays ont révisé progressivement leur jugement et ont même fini par tourner le dos à Huawei.

Le délai dont disposent les fournisseurs pour enlever les équipements réseaux de Huawei ne cesse de diminuer

En effet, en janvier dernier, les responsables britanniques avaient avancé que Huawei pourrait jouer un rôle limité, avec des risques gérables, dans l’infrastructure réseau de dernière génération du pays. Mais les Etats-Unis ne l’ont pas entendu de cette oreille et ont fini par sanctionner le pays qui a, depuis, revu sa position.

En juillet, les ministres britanniques avaient ainsi pris la décision de bannir Huawei des réseaux mobiles britanniques à compter de 2027 et que plus aucun composant de chez Huawei ne devrait entrer dans le pays à compter de 2021. Plus précisément, plus aucune installation d’équipements 5G de Huawei ne pourra se faire au Royaume-Uni dès septembre 2021.

Le Royaume-Uni compte utiliser 333 millions de dollars pour faire passer la pilule chez les fournisseurs

Cette décision a bien évidemment un coût pour les fournisseurs de télécommunications. Mais le ministère du numérique, de la culture, des médias et des sports du Royaume-Uni a déclaré que cette restriction faisait partie d’un ensemble de mesures qui visent à diversifier la chaîne d’approvisionnement sans fil britannique. Une enveloppe de 333 millions de dollars serait d’ailleurs allouée à cette initiative.

Par ailleurs, le Royaume-Uni interdira aux fournisseurs toute activité d’externalisation de gestion des services auprès de Huawei à compter d’avril 2021 sauf dans de rares exceptions. En tout cas, ce boycot de Huawei profite largement aux entreprises Nokia et Ericsson qui ont remporté de gros contrats pour la mise en place de l’infrastructure 5G dans les pays européens.

Reste à savoir jusqu’à quand Huawei acceptera d’être mis et de rester sur la touche.

Mots-clés huawei