Huawei porte plainte contre le département du commerce américain

Cela fait maintenant plusieurs mois que les relations entre Huawei et les États-Unis ne cessent de s’altérer. Suite au décret de Donald Trump interdisant aux firmes américaines de collaborer avec les marques chinoises de télécommunication, le constructeur de smartphones a perdu un bon nombre de ses fournisseurs. Aujourd’hui encore, la firme est dans une position complexe, avec des utilisateurs inquiets et un nombre de ventes décroissant.

Récemment, la firme chinoise a décidé de riposter en portant plainte contre le département du Commerce des États-Unis pour avoir saisi et gardé illégalement certains de ses équipements.

Pour l’instant, les autorités américaines n’ont pas encore réagi de manière officielle face à la plainte portée par Huawei. Mais de son côté, le géant du smartphone chinois semble bel et bien décidé à ne pas rendre la vie facile aux États-Unis.

Des équipements gardés par les États-Unis depuis 2017

Suite aux accusations d’espionnage qui ont pesé sur lui, Huawei avait fourni des équipements à Washington en juillet 2017. Il a notamment livré un serveur informatique et un commutateur Ethernet aux autorités américaines.

La firme chinoise a ensuite effectué plusieurs requêtes pour que les équipements lui soient retournés, mais les USA n’ont jamais accepté. Pour leur défense, ces derniers ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas renvoyer les équipements à cause d’une incertitude sur la licence d’exportation nécessaire.

Toutefois, Huawei a contesté cette justification en assurant que les lois américaines n’exigent aucune licence d’exportation puisque les matériaux ont intégralement été fabriqués en Chine. L’équipement serait actuellement stocké dans un entrepôt en Alaska et l’entreprise chinoise demande à ce qu’il leur soit immédiatement renvoyé.

Les tensions entre Huawei et les USA en passe de s’apaiser ?

Nous nous doutons bien qu’il s’agit ici d’un retour de flammes de Huawei face à son évincement du marché américain. Accusée d’espionnage à plusieurs reprises, l’entreprise semble vouloir montrer que le gouvernement américain a également ses torts.

La firme chinoise a notamment accéléré le processus de plusieurs actions judiciaires suite au décret de Donald Trump. Dans une affaire en justice, elle demande plus d’un milliard de dollars à Verizon pour avoir utilisé deux centaines de ses brevets sans autorisation.

Reste que la situation semble être en bonne voie pour s’apaiser. Ce week-end, après s’être entretenu avec le président chinois, Donald Trump a ainsi fait savoir que les entreprises américaines allaient pouvoir reprendre leurs partenariats commerciaux avec Huawei.

Mots-clés huawei