Une IA pour faire la distinction entre les théories du complot et les vraies conspirations

L’IA est présente tout autour de nous, invisible et prête à nous rendre de nombreux services. C’est elle qui nous aide à trouver le trajet le plus court pour atteindre notre destination, à prendre la meilleure photo avec notre smartphone ou même à trouver les résultats les plus pertinents dans nos recherches.

Il existe ainsi une multitude d’intelligences artificielles et l’une d’entre elles s’est donné pour but de nous aider à faire la différence entre les théories du complot et les véritables conspirations.

Crédits Pixabay

Si vous avez eu l’occasion de trainer récemment sur Twitter, Facebook, 4chan ou même Reddit, alors vous avez dû vous rendre compte que les théories du complot sont légion.

Les théories du complot, toujours très à la mode

La Covid-19, par exemple, a donné vie à une multitude de théories fantaisistes, des théories allant jusqu’à affirmer que le vaccin avait pour but de nous injecter des nanoparticules élaborées par Microsoft ou encore que le virus avait été breveté par l’Institut Pasteur.

La plupart des gens arrivent bien entendu à distinguer le vrai du faux, mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Encore moins à une époque où certaines personnalités politiques surfent allègrement sur la tendance afin de rallier le maximum de personnes à leur cause.

C’est un véritable problème, d’autant que les conspirations nous ont accompagnés tout au long de notre histoire. En 1587, la reine Marie Stuart a été accusée d’avoir conspiré contre Elisabeth 1re, ce qui lui a valu d’être exécutée par trois coups de hache. Un peu plus tard, en 1606, c’est Guy Fakes qui a été reconnu coupable de l’exécution de la Conspiration des Poudres. Louis XVI, en dépit de son statut de roi, n’a pas non plus échappé à la décapitation après avoir été reconnu coupable de “conspiration contre la liberté publique et la sûreté générale de l’Etat” par la Convention nationale.

Plus récemment, c’est Ben Barka qui a été condamné à bord par contumace avec Mohamed Basri, Omar Benjelloun et Mohamed Bensaid Ait Idder pour avoir comploté contre leur roi et tenté de l’assassiner.

A lire aussi : Deepmind vient de dévoiler une IA un peu particulière

Comment faire la différence entre les théories du complot et les vraies conspirations ?

Mais alors, dans ce contexte, comment faire la différence entre une conspiration, au sens strict du terme, et des théories du complot ?

Timothy R. Tangherlini, un professeur de littérature et de culture danoise travaillant pour l’Université de Californie à Berkeley, et Vwani Roychowdhury ont justement tenté de développer une approche automatisée afin de nous permettre de distinguer le bon grain de l’ivraie, en s’appuyant sur une intelligence artificielle.

Pour se faire, ils ont choisi de se focaliser sur l’approche narrative qui accompagne généralement les théories du complot.

Contrairement aux conspirations, les théories du complot résultent le plus souvent d’une narration collective. Un groupe de personne lance une rumeur, elle est ensuite enrichie par d’autres individus, jusqu’à former un tout qui semble, au premier abord, parfaitement cohérent. Elle nait donc d’un travail d’écriture collectif.

A lire aussi : Quand l’IA s’intéresse à la maladie d’Alzheimer

Une histoire de récits

L’IA développée par les chercheurs est justement capable d’identifier les récits basés sur des ensembles de personnes tout en déterminant leurs relations. Elle aide ainsi à acquérir une vision d’ensemble d’une problématique donnée et permet également de faire la distinction entre la vérité et la fiction.

Et donc entre la conspiration et la théorie du complot.

L’IA a bien entendu été testée avec plusieurs théories du complot populaire et notamment avec celle du Pizzagate.

Lancée lors des élections présidentielles de 2016, cette théorie indiquait en substance que certains proches d’Hilary Clinton avaient constitué un réseau pédophile, un réseau qui avait pour théâtre une pizzéria, le tout sur fond de rites satanistes histoire d’en remettre une couche.

A lire aussi : Et si l’IA nous aidait à choisir le meilleur poisson pour nos sushis ?

Un outil qui pourrait nous être d’une grande aide

L’IA développée par les deux experts a permis d’identifier plusieurs strates au niveau du récit et elle a ainsi mis en exergue le fait que la théorie était en réalité une accumulation de plusieurs informations n’ayant rien à voir les unes avec les autres. Par extension, elle a également révélé qu’il suffisait d’enlever une seule couche du récit pour que toute l’histoire s’effondre. Une preuve qu’elle ne reposait sur rien de concret en réalité.

L’outil semble donc performant, et il pourrait se révéler d’une grande aide à l’avenir pour lutter contre les théories du complot, mais également contre les campagnes de désinformation.