Et si l’IA nous aidait à revégétaliser nos villes ?

On ne nous le répètera jamais assez : les arbres sont importants. En plus de stabiliser le sol, ils nous protègent des émissions de carbone en les absorbant et nous donnent à la place de l’oxygène. Dans les zones urbaines, leur présence est d’autant plus requise, car ils contribuent à réduire la température ambiante.

Malheureusement, la répartition de la verdure dans nos villes est parfois inégale. Pour y remédier, Google a mis en place le programme Tree Canopy Lab. À travers ce projet, la firme de Mountain View se propose d’aider les municipalités à revégétaliser leur ville en se servant de l’IA.

Un arbre situé sur une colline

Ce programme a été testé pour la première fois à Los Angeles. Les tests devraient s’étendre à d’autres villes dans les mois à venir.

A lire aussi : Quand l’intelligence artificielle s’intéresse à la maladie d’Alzheimer

« Un outil puissant »

Le Tree Canopy Lab est un outil qui s’appuie sur des images aériennes et une IA. Ces éléments lui permettent d’identifier les emplacements des arbres dans une ville. Grâce à l’algorithme de l’IA, il génère une carte interactive. Les personnes qui utiliseront le Tree Canopy Lab pourront alors consulter cette carte pour savoir quels sont les endroits où il y a le moins d’arbres.

Eric Garcetti, le maire de Los Angeles, est fier que sa ville soit la première à bénéficier de ce programme.

« C’est un nouvel outil puissant et nous sommes la première ville du pays à l’utiliser », a-t-il déclaré lors du lancement du programme.

A lire aussi : Et si l’intelligence artificielle nous aidait à choisir le meilleur thon pour nos sushis ?

Les villes feront des économies

D’après Google, en plus de faire gagner du temps aux municipalités, ce projet leur permettra de faire des économies.

« Avec cet outil, la ville de Los Angeles n’a pas à s’appuyer sur des études d’arbres coûteuses et chronographes, qui peuvent impliquer des enquêtes bloc par bloc, des enregistrements obsolètes ou des études incomplètes qui ne comptent que les arbres dans les espaces publics », a expliqué le géant de la tech.

De son côté, Rachel Malarich, agent forestier dans la ville de Los Angeles, se dit « ravie de disposer de cette ressource permettant aux communautés d’explorer leurs quartiers, de comprendre quels sont les besoins et de pouvoir établir des priorités très rapidement. »

Grâce à ce programme, la ville de Los Angeles espère pouvoir planter jusqu’à 90 000 arbres d’ici la fin de 2021.

Mots-clés google