ICE : la plateforme téléphonique réservée aux “victimes de l’immigration” submergée par les pranks

Les États-Unis ont mis en place une ligne téléphonique baptisée ICE pour les personnes ayant été “victimes de l’immigration”. Ce système a été mis en place par l’Administration de Donald Trump. Il consiste à fournir une aide et des conseils aux personnes ayant été la cible de crime ou autres infractions perpétrées par des immigrants.

Cette action a été perçue par les activistes d’un mauvais œil. Ils ont condamné cet acte comme étant une attaque contre la communauté des immigrés.

Nokia MWC 2017

Les manifestants ont montré leur mécontentement en inondant les lignes avec des blagues et des farces pour saturer les réseaux, empêchant ainsi les appels d’aboutir. La hotline a été ouverte en avril 2018. Elle est affiliée au VOICE (Victims of Immigration Crime Engagement).

Malgré les perturbations des premiers jours, la plateforme a affirmé qu’elle a quand même réussi à faire son travail. Les blocages n’ont-ils été que de courte durée ?

Une saturation de grande envergure

Selon les informations, la hotline minimise l’ampleur des dégâts. Ces farces et blagues de tout genre ont complètement chamboulé la plateforme et cette dernière a été dans l’incapacité de répondre à 98% des appels.

Des documents ont été présentés démontrant que le bureau d’appel a reçu environ 16 400 appels dont 260 seulement ont été traités. Certains ont dû attendre 79 minutes avant de pouvoir être reçu.

Le lendemain de l’ouverture, les appels ont diminué à 9 400 mais la plateforme n’est toujours pas en mesure de répondre à tous les appels, seulement 3% d’entre eux sont traités. Les opérateurs affirment qu’à ce rythme, il faudrait au moins 400 opérateurs de plus.

Dans un communiqué, un responsable a expliqué les raisons pour lesquelles ils ont minimisé le problème dans les médias : le risque de ne pas être pris au sérieux inquiète vraiment la hotline.

Une solution discriminatoire

De nombreuses personnes manifestent leur mécontentement vis-à-vis de cette méthode en assiégeant le centre d’appel par de faux appels.

Cette protestation bloque presque entièrement l’efficacité de la plateforme. Toutefois, quelques documents démontrent que certains appels, environ 0,6% d’entre eux, sont vraiment des personnes qui ont des problèmes avec les immigrants.

Cette méthode qui semble discriminatoire suscite beaucoup de controverse. Au lieu que les gens appellent pour témoigner qu’ils ont été victimes, certains appellent pour dénoncer des infractions perpétrées par des immigrants.

Face à cela, ICE a dû catégoriser les nombreux appels pour discerner les vrais appels des faux.