Ice911 propose une solution insolite pour arrêter la fonte de la glace arctique

Ice911 a découvert une solution efficace et durable pour arrêter la fonte de la glace arctique et, par la même occasion, ralentir le changement climatique. Cette association à but non lucratif propose de recouvrir certaines parties de la banquise de microsphères de verres creuses afin de créer une couche protectrice. Cela assurera deux rôles fondamentaux : isoler la glace fondante et réfléchir la lumière du soleil dans l’espace.

Ce projet est né d’un simple constat : au cours de 4 dernières décennies, le volume de la glace arctique a baissé de façon considérable, à raison de 75 %. Comme conséquence, on cite l’élévation du niveau de la mer ainsi que le réchauffement planétaire. La raison en est que la glace réfléchit la lumière solaire dans l’espace.

crédits Pixabay

Au cours des deux dernières années, Ice911 a effectué des tests sur un lac gelé de Barrow. Les résultats sont tout simplement stupéfiants.

Une technologie des plus modernes

Les microsphères créées par les ingénieurs et les scientifiques d’Ice911 arborent les mêmes formes que les grains de sable. Lors de son interview avec Business Insider, Leslie Field, fondatrice d’Ice911, a présenté les microsphères comme « un petit sable fin de plage blanche. » Fabriquées avec de la silice, elles contiennent essentiellement du silicium et de l’oxygène. Ces deux composés existent abondamment sur la Terre.

Pour l’heure, la technologie demeure en phase de test. Dernièrement, l’organisation a testé son matériel sur une petite zone de North Meadow Lake, à l’Observatoire environnemental de Barrow, en Alaska. Le détroit de Fram figure parmi les zones stratégiques visées par cette technologie moderne. Il se situe entre Groenland et Svalbard.

Une solution climatique et non de géoingénierie

Dans un article publié en 2018, Field et son équipe ont désigné les microsphères comme une solution de « géoingénierie réversible et localisée. » Compte tenu des caractéristiques mêmes d’une géoingénierie, ils ont tenu à préciser que les minuscules perles de silice n’en font pas partie.

« Les microsphères d’Ice911 œuvrent à la reconstruction de quelque chose qui, jusqu’à récemment, était déjà là, ne conduisant pas le climat sur une nouvelle voie. » a souligné Field tout en précisant que le travail de l’organisation ne doit en aucun cas être considéré comme une solution suffisante.