L’idole de Shigir ou l’histoire de la mystérieuse statue de bois plus ancienne que les pyramides

La Sibérie abrite de nombreux trésors insoupçonnés et nous venons une nouvelle fois d’en avoir la preuve. Des archéologues ont en effet retrouvé sur place une statue humaine plus vieille que les pyramides. Elle aurait en effet un peu plus de 10 000 ans.

L’idole n’est pas une découverte récente. Elle a été trouvée en 1894, enfouie sous environ quatre mètres de matière organique dans la tourbière de Shigir. Il a cependant fallu une dizaine d’années avant d’extraire les différentes sections la composant et la statue a ainsi été entièrement reconstituée au début de la Première Guerre mondiale, en 1914.

Idole

Immense, l’idole de Shigir mesurait environ 5,3 mètres lors de sa découverte et elle a fait l’objet de nombreuses études durant ces dernières décennies avant d’être entreposée au Musée d’Histoire Régionale de Swerdlovsk à Iekaterinbourg, musée où elle se trouve toujours à l’heure actuelle.

L’idole de Shigir, une statue peu ordinaire

L’idole de Shigir a malheureusement subi de plein fouet les guerres et les révolutions qui ont frappé la Russie durant le XXe siècle et plusieurs fragments ont ainsi été perdus. La statue a ainsi été amputée de plusieurs de ses ornements et elle ne mesure plus que 2,8 mètres.

Si l’artefact semble représenter une silhouette humaine, il est également recouvert de plusieurs symboles datant du mésolithique, des symboles que personne n’a encore réussi à déchiffrer. Mikhail Zhilin, un professeur travaillant pour l’Académie des sciences de Russie, a longtemps pensé que ces inscriptions servaient à raconter l’histoire des créateurs de l’idole, mais il n’a pas encore été en mesure de le prouver.

Les archéologues ont réussi à retracer son histoire et nous savons ainsi que la statue a été taillée dans un mélèze à l’aide d’outils en pierre fabriqués par les artisans de l’époque.

En 1997, des archéologues ont utilisé la datation au carbone 14 pour tenter de déterminer son âge et ils en sont venus à la conclusion que l’idole avait au moins neuf milles cinq cents ans.

Un artefact plus vieux que les pyramides

Toutefois, sept échantillons ont été envoyés en 2014 au laboratoire Klaus-Tschira pour subir de nouveaux examens, des examens qui ont montré que l’idole de Shigir était âgée de 11 000 ans, soit 1 500 ans de plus que les estimations précédentes.

La statue serait donc bien plus ancienne que la Pyramide de Kheops et que la plupart des grands monuments connus, mais elle est aussi le plus ancien artefact en bois découvert à l’heure actuelle. Accessoirement, elle prouve que les chasseurs, pêcheurs et cueilleurs de l’Oural étaient suffisamment développés pour s’adonner à l’art.

C’est en substance ce qu’explique Mikhail Zhilin dans la toute dernière étude menée par son équipe, une étude dont le compte-rendu a été publié au début de la semaine. Dans son papier, le chercheur revient bien entendu sur l’histoire de l’idole et sur son dernier processus de datation, mais il établit également un parallèle avec d’autres créations datant de l’Âge de Glace et notamment avec celles découvertes à Göbekli Tepe en Turquie.

Idole Bis

Crédits Image

Mots-clés archéologie