Il a créé un robot pour gérer son Tinder

Saurabh Datta est un talentueux designer basé à Shanghai. Il bosse énormément et il lui arrive aussi de chercher des plans cul le grand amour véritable sur Tinder. Le truc, c’est que cette activité lui prenait pas mal de temps et il a donc eu l’idée de sous-traiter cette délicate opération à… un robot.

Ni une, ni deux, il a donc sorti son fer à souder et ses tournevis du placard pour travailler sur cet étonnant projet. Quelques nuits blanches plus tard, il a accouché du… Conditional Lover. Oui, c’est le nom du robot.

Conditional Lover

Le Conditional Lover n’est pas un robot comme les autres.

Et attention car cette machine est nettement plus complexe qu’on pourrait le croire.

Un robot capable de sélectionner des profils en fonction des goûts de son concepteur

En réalité, elle ne se contentera pas de faire défiler les profils à la chaine. Non, elle ira nettement plus loin car elle sera ainsi capable de prendre en compte les goûts de son administrateur. Ce dernier n’aura ainsi qu’à donner ses critères (taille, poids, couleur de la peau, couleur des yeux, couleurs des cheveux, bonnet) et elle s’occupera de tout à sa place.

Cela n’a l’air de rien mais le Conditional Lover est loin d’être un banal gadget et Saurabh Datta a ainsi du développer sa propre solution de reconnaissance faciale pour mener à bien son projet.

Attention cependant car cette machine n’est pas intelligente. En réalité, son concepteur ne souhaitait pas qu’elle puisse apprendre par elle-même. Elle se contente donc de sélectionner des profils en fonction des goûts de son concepteur.

Après, bien sûr, on peut débattre sur le bien-fondé de la chose. Tout le monde n’aura sans doute pas envie de confier à un robot la gestion de ses relations amoureuses. Ceci étant, il ne faut pas perdre de vue que nous parlons ici de Tinder, une solution qui se base surtout sur le physique de ses utilisateurs, et pas sur leur profonde beauté intérieure.

Partant de ce constat, un robot doit certainement être aussi efficace qu’un être humain, non ?

Mots-clés funinsolitetinder