Il a passé 13 mois enfermé dans ce laboratoire soviétique top-secret

L’URSS a construit un laboratoire top secret dans les années 60 afin de préparer ses astronautes à la vie sur Mars. Nikolai Bugreyev faisait partie des chercheurs affectés à ce surprenant projet et il a passé très exactement 13 mois enfermé dans ce simulateur, dans des conditions extrêmement précaires. Le Siberian Times a publié plusieurs photos prises à l’époque.

La Guerre Froide a marqué au fer rouge la seconde partie du 20ème siècle, marquant profondément l’histoire des Etats-Unis et de la Russie.

Martien Sibérie 1

Les soviétiques ont pensé à installer des colons sur la Lune et sur Mars.

Cette période de forte tension a cependant eu des effets inattendus et elle a notamment poussé ces deux puissances à se lancer dans une course effrénée pour être la première nation à planter son drapeau sur la Lune.

La Guerre Froide s’est aussi déroulée dans l’espace

A l’époque, les soviétiques avaient aussi pour ambition d’envoyer des colons sur la Lune et sur Mars, ils ont donc fait construire dans le plus grand secret un laboratoire en plein coeur de la Sibérie, à plus de 3 000 kilomètres à l’est de Moscou, non loin de la ville de Krasnoïarsk.

Les scientifiques présents sur place ont notamment travaillé sur un système autosuffisant capable de pourvoir aux besoins des colons envoyés sur place : BIOS-3.

Cet abri totalement autonome était censé pouvoir produire suffisamment d’oxygène, d’eau et de nourriture pour permettre aux russes de s’installer durablement sur la planète rouge. Afin de tester leur concept, les chercheurs ont construit une réplique dans ce laboratoire et ils ont ensuite demandé à un de leurs collègues de passer pas moins de treize mois enfermé dedans : Nikolai Bugreyev.

Le prototype en question se composait de quatre sections différentes. Les trois premières étaient utilisées pour produire de la nourriture et pour régénérer l’environnement, la quatrième faisait office d’espace de vie. La pièce mesurait environ cinq mètres carrés et Bugreyev a passé le plus clair de son temps (libre) dedans.

Le compartiment était plutôt austère et il comportait ainsi une table, un lit, une étagère et une porte donnant sur l’extérieur et donc sur le vrai monde. Une porte qui comportait un hublot par lequel le chercheur pouvait voir ses collègues s’affairer tout autour de lui.

Il était cependant impossible de communiquer avec eux en raison de l’épaisseur des murs et du verre.

Martien Sibérie 2

13 mois dans un abri comportant quatre compartiments de quelques mètres carrés chacun

Bugreyev avait un emploi du temps extrêmement chargé. Il devait se lever tôt et s’occuper de toutes les cultures des trois premières sections. Ensuite, il fallait vérifier chacun des instruments avant de regagner la chambre et le lit.

Là, le chercheur devait encore placer plusieurs capteurs sur son corps afin que les médecins supervisant l’expérience puissent vérifier ses constantes.

Durant tous les mois passés dans ce laboratoire, notre bionaute s’est exclusivement nourri de fèves de soja, de salade, de carotte, de radis, de betteraves, de pommes de terres, de concombres, de chou et d’oignons.

Tous ces produits ont été cultivés par ses soins et il devait en plus s’occuper de plusieurs plantes supplémentaires, des plantes qui jouaient un rôle primordial puisqu’elles absorbaient le dioxyde de carbone tout en produisant de l’oxygène.

Bugreyev n’était pas resté seul durant toute la durée de l’expérience mais c’est lui qui a passé le plus de temps enfermé dans ce laboratoire puisqu’il est resté pendant 13 mois d’affilée dedans. Il est le seul à avoir tenu aussi longtemps et c’est ce qui lui a valu le surnom de Martien de Sibérie.

Matt Damon peut aller se rhabiller.

Martien Sibérie 3 Martien Sibérie 4

Mots-clés espaceinsolitemars