Il a plu des grêlons d’une taille impressionnante au Canada

Suite au réchauffement climatique qui prend de plus en plus d’ampleur, plusieurs catastrophes naturelles se sont succédé sur notre planète ces dernières années. Comme ce qui s’est passé dans certaines régions du Canada le vendredi 2 août dernier : des grêlons de la taille d’une balle de baseball sont tombés durant un terrible orage dans la province d’Alberta.

Comme il fallait s’y attendre, le phénomène a beaucoup ébranlé les habitants. Il faut dire que les grêles étaient vraiment d’une taille hors normes, certains allant jusqu’à faire deux fois la taille d’une balle, et prenant toute la place lorsqu’on les tient au creux de ses mains.

grele

Crédit photo PIXABAY

De nombreuses photos des grêlons géants ont été largement partagées sur la toile, et font actuellement un gros buzz sur les réseaux sociaux.

Des averses sans précédent dans la ville d’Edmonton

C’est Edmonton, la capitale d’Alberta, qui en a le plus pris pour ses frais. La ville a en effet été victime d’un des orages les plus violents de toute son existence, avec des vents violents ayant atteint une vitesse de 74 à 90 km/h à l’Ouest et au Nord-est.

De nombreuses photos partagées sur Twitter montrent que la taille des grêlons a dépassé celle des pièces de monnaie canadienne. Un des médias locaux a même affirmé que certains avaient atteint la taille d’un pamplemousse dans l’ouest de la ville à Spruce Grove.

Les tempêtes font rage au Canada, faut-il s’inquiéter ?

Le dérèglement climatique mène la vie dure au Canadien depuis quelque temps. Si Alberta a dû faire face à des tempêtes terribles, elle n’est pas la seule, car d’autres provinces ont aussi été touchées.

C’est notamment le cas du Nouveau-Brunswick qui a été touché par une tempête n’ayant duré qu’une petite dizaine de minutes, mais qui a également fait de gros dégâts matériels, tels que des coupures d’électricité et des inondations.

Tout comme pour la ville d’Edmonton, un avertissement de tempête a aussi été émis à Campbellton ce samedi 3 août. D’après les explications apportées par Environnement Canada, c’est une masse d’air chaud et humide qui est à l’origine de tout ce déclin météorologique.