Il a pris deux ans ferme pour avoir fait l’apologie du terrorisme sur Twitter

Un lycéen de 18 ans vivant dans le Calvados a été condamné la semaine dernière à deux ans de prison ferme pour avoir fait l’apologie du terrorisme sur Twitter. Il s’était notamment amusé du massacre survenu au Bataclan le 13 novembre dernier et il avait aussi affiché sa sympathie pour Daech et tous les groupuscules terroristes affiliés.

Yassine habite depuis plusieurs années à Hérouville Saint Clair, une commune située au nord-est de Caen. Comme tous les adolescents de 18 ans, il est très présent sur internet et sur les réseaux sociaux, où il officie sous le pseudonyme d’Abou Saïf.

Prison Apologie Terrorisme

Yassine va passer les deux prochaines années de sa vie en prison pour avoir fait l’apologie du terrorisme.

Suite aux attentats qui ont frappé Paris le 13 novembre dernier, le jeune homme a publié plusieurs messages sur Twitter.

Yassine s’était réjoui du carnage survenu au Bataclan le 13 novembre dernier

Il s’était notamment réjoui du carnage survenu au Bataclan et il avait demandé à ses abonnés s’ils étaient prêts à se joindre à lui pour participer à une éventuelle guerre civile.

La police judiciaire de Caen est intervenu à son domicile le 16 novembre pour procédé à son arrestation. En les voyant surgir dans son appartement, Yassine a fait plusieurs allusion à Allah.

Il a aussi tenté de se justifier durant son audition en évoquant les frappes aériennes menées par la France en Syrie. Il a reconnu avoir pensé à se rendre là bas pour faire le djihad, tout en précisant qu’il ne comptait pas prendre les armes, mais plutôt combattre par la parole.

Durant la perquisition de son domicile, les forces de l’ordre ont découvert plusieurs documents pro-Daech stockés sur sa tablette tactile. Ils se sont aussi rendus compte que le jeune homme collectionnait les photos de propagande et que certaines d’entre elles le montrait posant fièrement, Kalachnikov en main.

En marge, Yassine a violemment attaqué l’imam de Drancy sur les réseaux sociaux en le menaçant de mort en raison de ses propos trop modérés. Le jeune homme s’est défendu en disant qu’il s’était inventé une vie et il a ajouté que sa (courte) détention lui avait permis d’ouvrir les yeux sur sa propre religion.

Le procureur de la République de Caen a requis trois ans de prison, dont deux ans ferme et un an avec sursis et mise à l’épreuve. Le tribunal a condamné Yassine la semaine dernière. Il passera donc les fêtes de fin d’année sous les barreaux.

Mots-clés twitterweb