Il a quoi dans le ventre, le Raspberry Pi 2 ?

Le Raspberry Pi 2 a été présenté en grandes pompes la semaine dernière et les premiers retours des utilisateurs commencent tout doucement à tomber. La nouvelle itération du mini-ordinateur le plus populaire au monde (n’ayons pas peur des mots) semble s’en sortir avec tous les honneurs mais Hackaday a voulu aller un peu plus loin en faisant tourner quelques benchmarks sur la bête histoire de voir ce qu’elle a dans le ventre. Les fins connaisseurs apprécieront.

A la base, le Raspberry Pi 2 se place dans la droite lignée de son prédécesseur et il se présente ainsi sous la forme d’une simple carte constituée de plusieurs circuits imprimés et de toute la connectique habituelle.

Benchmark Raspberry Pi 2

Le Raspberry Pi 2 pourrait bien vous étonner.

Il est donc livré sans boitier, sans mémoire interne et… sans WiFi. Derrière, vous devrez investir dans une carte SD et dans une clé pour le connecter à votre routeur domestique.

Le Raspberry Pi 2 va peut-être devenir le nouveau meilleur copain des fondus d’émulation

Mais comme souvent, le plus intéressant se trouve du côté de la fiche technique de la machine. Là, il met la barre assez haut puisqu’il embarque un SoC Broadcom BCM2836 regroupant une puce dotée de quatre coeurs cadencés à 900 MHz et 1 Go de mémoire vive. Le constructeur promet d’ailleurs une puissance de calcul six fois supérieure à celle du Raspberry Pi B+, si vous voulez tout savoir.

Bon, et dans les faits, ça donne quoi ? Le bécane a l’air de bien s’en tirer. Sur Double Precision Linpack, par exemple, elle tape dans les 92,88 Mflops contre 40,64 Mflops pour le B+. Même chose pour la version 2.1 de Dhrystone où il atteint le score de 1 186 contre 843 pour son prédécesseur. L’écart est un peu moins significatif sur OpenGL en revanche.

En marge de ces résultats, le rédacteur de l’article a aussi évoqué les performances de la machine dans la vraie vie. Le Raspberry Pi 2 peut visiblement faire tourner les émulateurs N64 et PSX, ce qui est plutôt de bon augure compte tenu du fait que le modèle précédent en était parfaitement incapable.

Alors bien sûr, le Pi 2 ne remplacera pas forcément votre machine de gamer, mais elle pourra sans doute faire un peu plus de choses que le modèle précédent et ça, finalement, c’est chouette.