Il existe désormais une IA capable de catégoriser les gens avec leurs selfies

Dans le cadre du projet artistique « Training Humans », organisé par l’artiste et chercheur Trevor Paglen et la scientifique Kate Crawford et qui s’est tenu au musée Fondazione Prada de Milan, le développeur Leif Ryge a conçu une IA capable de catégoriser les individus en utilisant uniquement leurs selfies.

Baptisée ImageNet Roulette, cette IA se sert de la reconnaissance d’images pour analyser et classer chaque individu selon différents critères.

Même si ImageNet a été entraînée à partir d’un ensemble de données d’entraînement utilisées par les chercheurs en IA depuis une dizaine d’années, on ne peut pas dire qu’elle soit très performante. Les résultats des tests effectués sur ImageNet ont en effet montré qu’elle faisait encore pas mal d’erreurs.

Comment sommes-nous perçus par l’IA ?

Conscient des lacunes de son IA, Leif Ryge a tenu à expliquer que le véritable objectif de son projet était de mettre en avant la façon dont les individus sont perçus par l’IA et comment celle-ci les catégorise en fonction de certains stéréotypes. C’est notamment la raison d’être du projet artistique « Training Human ».

« Training Humans explore deux questions fondamentales en particulier : comment les humains sont représentés, interprétés et codifiés par des ensembles de données de formation et comment les systèmes technologiques récoltent, étiquettent et utilisent ce matériel. Alors que les classifications des humains par les systèmes IA deviennent plus envahissantes et complexes, leurs biais et leurs politiques deviennent apparents. Dans les systèmes de vision par ordinateur et d’IA, les formes de mesure se transforment facilement – mais subrepticement – en jugements moraux. »

Des résultats approximatifs

Pas besoin d’être un génie pour comprendre le fonctionnement de cette IA. Pour solliciter ImageNet Roulette, il suffit de lui soumettre le seflie de la personne qu’on souhaite lui faire analyser. Lorsque l’IA détecte un visage sur la photo, celui-ci est directement envoyé au framework open source de Deep Learning Caffe qui a été entraîné avec des images obtenues grâce à ImageNet.

Ce framework tentera alors de classifier le visage. Il présentera ensuite son résultat par le biais d’une étiquette qui apparaîtra sur le selfie qui a été soumis à ImageNet. Toutefois, les résultats offerts par cette IA restent encore assez approximatifs.

Il faudra encore beaucoup de temps à Leif Ryge s’il veut perfectionner son IA.

Mots-clés selfies