Il existe un gène capable de réduire la taille de votre sexe

Il y a bien une cause génétique à la taille du sexe masculin. C’est ce que viennent de découvrir des chercheurs de l’Institut Pasteur après avoir identifié un gène qui influence beaucoup la taille et le développement des parties génitales masculines.

La nouvelle étude, publiée dans la revue Genetics in Medicine, permet de mieux comprendre l’origine génétique des anomalies sexuelles et l’importance de ce fameux gène dans le développement des organes sexuels.

Crédits Pixabay

Un gène à l’origine des troubles du développement sexuel

Les chercheurs de l’Institut Pasteur, en collaboration avec de nombreuses universités et centres hospitaliers, viennent de faire une découverte cruciale dans la compréhension de l’origine génétique de la détermination du sexe chez l’homme. En effet, ils ont découvert que le gène DHX37 jouait un rôle important dans la détermination des tissus testiculaires, le processus au cours duquel un organisme sexué devient mâle ou femelle.

Il s’agit là également de la première cause génétique découverte ayant un lien avec la régression testiculaire, un syndrome rare qui touche environ 1 garçon sur 2 000 à travers le monde. Le syndrome de régression testiculaire se caractérise par l’absence unie ou bilatérale de testicule d’origine embryonnaire. En France, environ 180 naissances par an sont concernées par cette anomalie.

Une découverte prometteuse pour le traitement des anomalies génitales

À travers divers tests, les chercheurs de l’Institut Pasteur ont pu identifier des mutations récurrentes du gène DHX37 chez des individus présentant des troubles du développement sexuel. Les résultats qu’ils ont obtenus mettent effectivement en évidence la présence de mutations dans ce gène chez 11% des patients présentant un défaut complet de détermination des testicules. Et ce n’est pas tout, 25% des garçons atteints du syndrome de régression testiculaire portent également des mutations pathogènes dans le gène DHX37. Des chiffres qui montrent clairement l’implication du gène dans les anomalies liées au développement sexuel.

Selon le Dr Kenneth McElreavey, auteur principal de l’étude et chef de l’unité Génétique du développement humain à l’Institut Pasteur : “C’est la première fois qu’une cause génétique est identifiée dans la régression testiculaire. Nous avons également compris le rôle de ce gène : il faut qu’il soit sain pour que le testicule se développe correctement. Nos résultats prouvent aussi que les mutations du gène DHX37 représentent une des causes les plus courantes d’inversion sexuelle identifiée chez l’homme”.

En étudiant de manière plus approfondie le gène DHX37, les chercheurs espèrent améliorer, à l’avenir, les anomalies des parties génitales chez l’homme.

Mots-clés santésexualité