Il existe une anguille électrique capable de délivrer des décharges de 860 V

Il y a plus de deux cent cinquante ans, des chercheurs ont découvert une « anguille électrique », scientifiquement connue sous le nom d’Electrophorus electricus. Cette merveille de la nature a inspiré l’invention de la première batterie, en 1799. Elle est capable d’émettre une décharge électrique pour se défendre ou pour tuer une proie.

Bien qu’elle ressemble fortement à une anguille, cette créature est techniquement classée parmi les poissons.

Crédits Pixabay

Une équipe de chercheurs a récemment publié une étude dont les résultats montrent qu’il existe une plus grande variété d’anguilles électriques que ce qu’on croyait. Les scientifiques ont identifié deux nouvelles espèces, baptisées Electrophorus voltai et Electrophorus varii, dans le bassin amazonien.

D’après l’équipe, l’Electrophorus voltai est désormais le « générateur de bioélectricité vivant le plus puissant. » Il est capable de produire une décharge électrique de 860 V. Les résultats de l’étude ont été publiés dans Nature Communications.

Une découverte pouvant inspirer de nouvelles technologies

Pour identifier les deux nouvelles espèces, les chercheurs ont appliqué des analyses d’ADN détaillées sur 107 échantillons d’anguilles. Ces dernières proviennent du Brésil, du Suriname, du Guyana et de Guyane.

L’équipe a établi des différences morphologiques, génétiques et écologiques entre les trois espèces. De plus, elles vivent dans des régions différentes.

E. electricus est connue pour pourvoir générer jusqu’à 650 V. Electrophorus varii ne rassemble qu’un maximum de 572 V. Les scientifiques pensent que la capacité extraordinaire d’E.voltai pourrait s’expliquer par le fait qu’elle habite dans les eaux des hautes terres. Celles-ci ne sont pas de très bonnes conductrices d’électricité.

En outre, l’équipe estime qu’une meilleure compréhension de ces nouvelles espèces pourrait faire avancer des recherches dans d’autres domaines scientifiques. « E. voltai pourrait vraiment avoir différentes enzymes, différents composés qui pourraient être utilisés en médecine ou inspirer de nouvelles technologies », a déclaré le zoologiste C David de Santana, du Smithsonian National Museum of Natural History, à Washington DC.

Paralyser un cheval ou tuer un humain

Notons que 860 V est l’équivalent de trois fois la puissance délivrée par une prise de courant. Cette décharge peut littéralement paralyser un cheval ou tuer un humain par électrocution.

La décharge peut prendre trois formes distinctes : des impulsions à basse tension, de courtes séquences (doublets ou triplets) ou des salves de haute tension. Les premières sont utilisées pour la reconnaissance de l’environnement. Les courtes impulsions à haut voltage sont déployées quand l’animal est en train de chasser. Les impulsions à haute fréquence sont aussi bien utilisées comme moyens de prédation qu’en tant que moyens de défense.