Il fait aussi chaud du côté de la réserve mondial de Svalbard

Au beau milieu de l’Arctique, entre le Groenland et l’Europe continentale, s’étend l’archipel norvégien Svalbard. Cet endroit est surtout connu pour abriter la Réserve mondiale de semences. Il s’agit d’une chambre forte souterraine assimilable à une sorte d’Arche de Noé moderne.

Toute sorte de graines y sont conservées dans le but de préserver la diversité génétique terrestre dans le cas où un évènement apocalyptique se produit.

La réserve de Svalbard

Image par Hal Tearse de Pixabay

Ces dernières années, cette partie de globe censée être l’une des plus froides présente d’inquiétantes manifestations du réchauffement climatique. Samedi dernier, l’archipel a établi un record historique de niveau de température. Vers la fin de la journée, ses thermomètres ont affiché 21,7 degrés Celsius. L’information provient de l’institut météorologique du pays.

Le pic de température est normal en mois de juillet dans cette région. Toutefois, à cette époque de l’année, les températures à Svalbard devraient varier entre 5 à 8 degrés Celsius. D’après les experts, cette vague de chaleur pourrait perdurer jusqu’à lundi.

À lire aussi : La réserve de Svalbar accueille de nouvelles graines

D’inquiétantes prédictions

Selon un rapport intitulé « Le climat du Svalbard en 2100 », ces vagues de chaleur ne sont qu’à leurs débuts. Si l’on en croit les résultats de l’étude, entre 2070 et 2100, les températures sur l’archipel augmenteront de 7 à 10 degrés Celsius. Cette hausse serait essentiellement due aux émissions de gaz à effet de serre.

Ces effroyables prédictions tiennent compte de la vitesse à laquelle la zone s’est réchauffée durant le dernier siècle. En effet, un réchauffement de trois à cinq degrés Celsius a été observé de 1971 à 2017.

À lire aussi : 21 To de code open source sont stockées en Norvège

Le réchauffement est deux fois plus rapide en Arctique

Paradoxalement, le groupe d’îles recèle une mine de charbon, dont l’exploitation constitue le principal facteur du réchauffement de la planète. La région est aussi connue pour abriter une population d’ours polaires, entre autres espèces rares.

Notons que les îles de l’archipel ne sont pas habitées, sauf Spitzberg. Svalbard se trouve à 1 000 kilomètres du pôle Nord. D’après une étude, le processus du réchauffement climatique serait deux fois plus rapide dans cette partie de la planète.

Depuis le début de l’année, elle a affiché des températures de cinq degrés Celsius, soit juste au-dessus de la normale. En Sibérie, à la mi-juillet, les cagues de chaleurs ont atteint 38 degrés Celsius.