Il faudra un adaptateur pour brancher l’iPhone 7 sur le MacBook Pro 2016

Installez-vous confortablement. Respirez à fond. Bien, maintenant regardez votre iPhone 7 et son câble de synchronisation. Prenez votre temps pour vous imprégner de cette image. Soufflez. Inspirez. Parfait. A présent, rendez vous sur cette page. Observez attentivement la connectique du MacBook Pro. Il n’y a rien qui vous choque ?

Le nouvel ultra-portable professionnel de la firme de Cupertino apporte de nombreuses nouveautés, c’est indéniable et elles ont presque toutes été évoquées dans cet article.

MacBook Pro et iPhone 7

Connecter un iPhone 7 au MacBook Pro 2016, ce n’est pas possible sans adaptateur.

Si vous avez lu attentivement ma prose, alors vous devez savoir qu’il est doté d’un châssis plus fin mais également d’une toute nouvelle connectique entièrement basée sur le Thunderbolt 3, au format USB Type-C.

Le MacBook Pro et l’USB Type-C, une belle histoire d’amour

Apple a d’ailleurs été très généreux puisque ses MacBook Pro embarquent entre deux et quatre ports de ce type suivant les modèles.

Oui, mais il y a tout de même un détail qui cloche. L’iPhone 7, lui, est vendu avec un câble Lightning vers USB Type-A. Cela veut aussi dire que vous ne pourrez pas le brancher directement sur votre prochaine bécane. Enfin pas sans passer par un adaptateur.

La bonne nouvelle, c’est que cet accessoire existe et il est bien présent au catalogue de la marque à la pomme. Il se trouve sur cette page et il est proposé à 25 €. Si vous êtes allergique aux adaptateurs, vous pourrez cependant vous orienter directement vers un câble USB-C vers Lightning. Apple en propose un ici, pour la modique somme de 29 €. Bon, par contre, il mesure un mètre et il risque de pourrir votre magnifique décoration minimaliste suédoise.

Le prix de ces accessoires ne représente évidemment pas grand chose par rapport au prix d’un iPhone 7 ou même d’un MacBook Pro (4 999 € toutes options confondues) mais il faut avouer que c’est assez agaçant, d’autant que l’on parle ici de deux produits qui ont été présentés à un mois d’intervalle.

Mais ce n’est pas fini. Comme chacun le sait, l’iPhone 7 est dépourvu de prise casque. Apple a effectivement choisi de faire l’impasse dessus, préférant tout miser sur le sans fil. Un choix courageux, selon les cadres de la firme.

Pourquoi pas, après tout. La firme est coutumière de la chose de toute manière et cela fait même partie de son ADN. Il faut effectivement avoir les nerfs bien accrochés pour lancer un téléphone dépourvu de clavier physique ou pour supprimer le lecteur optique de ses ordinateurs.

Apple, le roi des adaptateurs

Bon prince, cette dernière a tout de même eu la gentillesse de glisser des écouteurs EarPods avec connecteur Lightning dans la boîte de son téléphone pour ne pas décevoir ses plus fidèles clients.

Si vous en avez à la maison, alors observez attentivement leur fiche. Lorsque c’est fait, retournez sur la page du MacBook Pro et regardez de nouveau les connecteurs de la machine. Vous avez saisi ? Il sera en effet impossible de brancher ces écouteurs sur l’ordinateur.

Et cette fois, Apple ne propose pas d’adaptateur. Dommage, il aurait sans doute fait fureur dans votre collection.

Entendez-moi bien. Dans l’absolu, tout le monde n’a pas forcément besoin de connecter physiquement son téléphone à son ordinateur (le sans fil c’est cool) et tout le monde n’utilise pas non plus son kit mains libres sur sa bécane. Après tout, si vous avez les moyens de claquer plusieurs milliers d’euros dans un ultra-portable, alors il est fort possible que vous soyez équipé d’un casque sans fil haut de gamme pour profiter de votre musique dans les meilleures conditions possibles.

Là dessus, nous sommes tout à fait d’accord.

Maintenant, ces “oublis” révèlent une chose importante sur Apple : la firme ne raisonne plus en terme d’écosystème comme elle l’a fait pendant très longtemps, du temps de Steve Jobs. Elle se focalise davantage sur ses produits, exactement comme tous les autres constructeurs du marché.

De mon point de vue (qui n’engage que moi, etc etc), c’est un vrai problème car cette vision permettait aussi à la marque de se différencier par rapport à ses concurrents.