Il ne faut pas croire tout ce que vous voyez sur Instagram

Sarah Puhto a vingt ans et elle en avait marre de voir défiler des corps sculpturaux sur Instagram. Elle a donc commencé à publier des photos avant/après pour montrer qu’il suffit parfois de peu de choses pour transformer totalement la réalité.

Née en Finlande, Sarah se passionne depuis plusieurs années pour la diététique, le fitness et la santé. Végane convaincue, elle s’inscrit également dans le mouvement du body positivism et elle est donc convaincue de la nécessité d’apprendre à s’aimer soi-même sans artifice, avec ses défauts.

Montage Instagram

L’année dernière, Sarah a été frappée par le manque d’authenticité de certaines photos partagées sur Instagram.

Instagram ne reflète pas toujours la réalité

En fouinant sur la plateforme, elle a effectivement remarqué que certaines personnes n’hésitaient pas à retoucher leurs photos avant de les partager ou même à choisir la mise en scène afin de se mettre le plus en avant possible, quitte à perdre en naturel et en authenticité.

Sarah a alors réalisé que ces photos pouvaient également renvoyer une mauvaise image de la femme ou de l’homme et elle a donc choisi de publier une série de photos avant/après afin de dénoncer ce mouvement.

Le concept est assez simple et ces publications s’appuient ainsi sur deux photos prises à quelques secondes d’intervalle : la première au naturel, la seconde avec un peu plus de mise en scène. Sarah colle ensuite ces deux images ensemble et elle les partage dans la foulée pour alimenter son compte et montrer à ses abonnés que la beauté est une notion extrêmement subjective et que non, il est parfaitement impossible de garder un ventre plat lorsqu’on est assis en tailleur.

Des photos pertinentes et rafraichissantes

La démarche a beaucoup plu aux autres utilisateurs de la plateforme et Sarah a commencé à attirer de plus en plus de monde. Elle est actuellement suivie par un peu plus de cent vingt mille abonnés et elle continue de s’adonner à cet exercice en publiant entre deux et quatre photos de ce type par semaine.

Et il faut bien l’avouer, cette initiative tombe à point nommé.

En mai dernier, Instagram a en effet été sacré réseau social le plus nuisible pour la santé mentale par Quartz, un titre venant principalement du fait que beaucoup d’utilisateurs n’hésitent pas à enjoliver les photos de leur quotidien pour lui donner plus d’importance.

Mots-clés instagram