Il pleut des monolithes

Le monolithe semble devenir tendance. Depuis la découverte de la toute première structure en Utah, les découvertes se sont multipliées. Rien que cette nuit, une demi-dizaine de nouveaux monolithes ont fait leur apparition tout autour du globe.

Le début de l’histoire remonte à une semaine et demie environ, avec la découverte du tout premier monolithe.

Le premier monolithe vu de Google Maps
Le premier monolithe vu de Google Maps

Situé dans une région reculée de l’Utah, la structure haute comme deux hommes était entièrement fait de métal et elle rappelait bien entendu beaucoup le monolithe de 2001, l’Odyssée de l’Espace.

Des monolithes en pagaille

Plus surprenant encore, ce premier monolithe n’a pas fait long feu et il a ainsi disparu du jour au lendemain sans laisser de traces. Plus tard, nous avons appris que l’opération avait été dirigée par des habitants de la région soucieux de préserver l’environnement.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais cela n’a pas été le cas. Un second monolithe est en effet apparu quelques heures plus tard, cette fois en Roumanie, non loin d’une ancienne forteresse. Et encore une fois, la structure a fini par disparaître de la même manière.

C’est alors qu’un troisième monolithe a été aperçu au sommet d’une montagne de Californie. L’édifice n’a cependant pas connu la même fin que ses deux camarades. Il a en effet subi l’assaut d’un groupe d’hommes racistes et homophobes qui l’ont totalement détruit en le trainant jusqu’en bas de la montagne.

Et puis, les choses se sont accélérés. Quatre autres structures similaires sont en effet apparues en l’espace de seulement quelques heures au quatre coins du globe. Une tendance qui semble bien partie pour se poursuivre, effet de mode oblige.

Pas mal de structures repérées aux Etats-Unis

Cette nuit a été particulièrement chargée. Les rapports évoquent une demie dizaine de nouvelles structures. Un nouveau monolithe est ainsi apparu non loin du barrage de Pinawa, avant de disparaître sans laisser de traces après que l’affaire se soit ébruitée sur Reddit. Après une enquête minutieuse, CBC a fini par retrouver son créateur, un créateur qui a confié s’être lancé dans cette drôle d’expérience pour s’amuser et se distraire.

Le contexte pandémique actuel n’est en effet facile à vivre pour personne.

Ensuite, c’est un autre monolithe qui a été aperçu à Albuquerque. Il a connu le même sort que celui de Californie et il a fini par être vandalisé et détruit comme le rapporte une chaîne locale.

Les habitants de Fayetteville en Caroline du Nord ont également eu la surprise de voir apparaître une structure similaire, celle fois placée au beau milieu du centre ville, dans un parterre de fleurs située sur le trottoir en face de Hay Street. Elle a été plutôt bien accueillie et elle a très vite attiré l’attention des badauds, d’après WRAL.

Même son de cloche à San Diego. Cette fois, le monolithe est apparu dans un parking de Scripps Ranch Marketplace, sans la moindre explication. Encore une fois, une habitante de la région a confié à NBC 7 qu’elle était heureuse de pouvoir se changer les idées.

La France a son premier monolithe et on sait qui en est à l’origine

Mais les signalements recensés ne se limitent pas au territoire américain. Comme le rapporte Le Télégramme, un autre monolithe a également été découvert en Europe, et plus précisément au Pays-Bas. Le cinquième d’après nos confrères, bien que l’ordre de toutes ces structures soit extrêmement difficile à établir.

Et la France, alors ? Contre toute attente, France 3 a rapporté la découverte d’une structure similaire dans la commune d’Exireuil, dans la région des Deux-Sèvres. Nos confrères indiquent qu’elle a été installée samedi après midi avant d’être découverte par un promeneur le lendemain.

Par la suite, nous avons appris qu’elle était le fruit du travail de deux amis souhaitant faire passer un message “culturel”. Elle a ainsi été façonnée par un certain Ludovic Liaigre, métallier-soudeur de son état, avec la complicité de Romuald Gaudreau, un ami photographe.

Des monolithes qui se font de plus en plus nombreux, donc, et qui sont aussi d’une certaine manière en train de devenir un symbole. Et après l’année que nous venons de passer, un peu de légèreté et d’insouciance n’est sans doute pas de trop.