Il suffirait d’un peu de matière noire pour transformer des trous noirs en trous de ver

Le Dr Dimopoulos fait beaucoup parler de lui depuis la publication de son dernier article scientifique. Il estime en effet qu’il suffirait d’injecter de la matière noire dans un trou noir pour le transformer en trou de ver et pouvoir ainsi se déplacer instantanément d’un point à l’autre de l’univers. Inutile de préciser que ses recherches ne font pas l’unanimité.

Cet homme travaille depuis plusieurs années à l’Université de Lancaster, et plus précisément au département de physique fondamentale. Il a axé ses recherches sur l’étude des particules et sur la cosmologie mais il s’intéresse aussi à tout ce qui est en lien avec l’expansion de l’univers.

Trou de ver

Il viendra peut-être un jour où nous pourrons créer des trous de ver à notre guise.

Depuis quelques temps, il s’est découvert une véritable passion pour la matière noire et pour toutes les singularités gravitationnelles telles que les trous noirs.

La matière noire a toujours fasciné les astronomes

La matière noire est désignée sous plusieurs noms différents. Certains la nomment matière sombre, d’autres matière transparente. Ces expressions font évidemment toutes référence à la même chose, à savoir une certaine forme de matière.

Tout a commencé en 1933 lorsque Fritz Zwicky, un astronome suisse, a étudié un groupe de sept galaxies situées dans l’amas de la Chevelure de Bérénice. Il souhaitait calculer la masse totale de cet amas mais il s’est rendu compte que quelque chose ne collait pas en prenant ses mesures et en déduisant la masse lumineuse de la quantité de lumière émise par l’amas.

Les chiffres ne correspondant pas, il a alors supposé qu’il existait un autre type de matière que celui que nous connaissions à l’époque mais ses conclusions n’ont pas spécialement convaincu ses confrères et la plupart d’entre eux les ont complètement ignorées.

Plusieurs astronomes ont observé des phénomènes similaires dans les années qui ont suivi mais c’est en 1970 que la matière noire a véritablement refait surface.

Vera Rubin, une astronome américaine, était effectivement en train d’étudier la rotation des galaxies spirales lorsqu’elle s’est rendue compte que les étoiles placées à la périphérie de la galaxie d’Andromède tournaient beaucoup trop vite alors que leur vitesse était censée décroître. Elle a alors supposé qu’il existait un gigantesque halo de matière non visible entourant les galaxies, un halo représentant jusqu’à 90% de leur masse totale.

Cette thèse n’a évidemment pas fait l’unanimité et on peut même dire qu’elle a divisé la communauté scientifique. C’est encore le cas aujourd’hui, même si le spectromètre AMS-02 installé sur l’ISS nous a fourni de nombreuses informations au sujet de la possible existence de la matière noire.

Mais revenons-en plutôt au sujet de cet article.

De la matière noire et un trou de noir pour créer des trous de ver ?

Le Dr Dimopoulos s’intéresse depuis un moment aux singularités gravitationnelles et il a été amené à étudier en détails les théories en lien avec les trous noirs et les trous de ver.

En effectuant divers calculs, il a déterminé que les trous noirs supermassifs présents au centre de certaines galaxies pouvaient se comporter étrangement lorsqu’ils étaient mis en contact avec les axions contenus dans la matière noire.

D’après ses observations, les champs magnétiques de ces singularités pourraient en théorie créer un tunnel à travers l’espace-temps et donner ainsi vie à des trous de ver.

Alors bien sûr, en l’état, cette théorie est impossible à prouver mais il faut avouer que l’idée de pouvoir créer des trous de ver pour se déplacer d’une galaxie à une autre est très séduisante. Il faut croire que la science tend de plus en plus à rejoindre la science-fiction et ce n’est pas forcément une mauvaise chose puisque cela nous offre de nombreuses perspectives.

Si le sujet vous intéresse, alors sachez que l’article du Dr Dimopoulos est disponible en libre accès, et en PDF, à cette adresse.