Il suffit de 99 téléphones pour changer l’état du trafic sur Google Maps

Google Maps fait partie désormais du quotidien de millions de conducteurs à travers le monde. Totalement gratuite, la solution s’est en effet très vite imposée sur le marché de la navigation et nous sommes donc très nombreux à faire régulièrement appel à ses services.

Ce succès, l’outil le doit principalement à la richesse de ses fonctionnalités.

Crédits Pixabay

Google Maps ne se contente effectivement pas de calculer les itinéraires reliant un point A à un point B. Elle permet également de découvrir des régions méconnues ou même de découvrir de nouveaux restaurants.

Google Maps, un outil incontournable

Mais la fonction la plus appréciable reste bien entendu l’analyse de l’état du trafic puisqu’elle nous permet de gagner énormément de temps au quotidien en nous évitant de problématiques bouchons.

Oui, cette fonction est très utile, très pratique, mais il semblerait qu’elle puisse aussi être facilement manipulée. C’est en tout cas ce que révèle l’étonnante expérience menée par Simon Weckert, un artiste berlinois.

Afin d’éprouver la solution de cartographie de Google, et plus précisément sa fonction d’analyse du trafic, ce dernier s’est en effet amusé à réunir pas moins de 99 smartphones. Une fois les appareils en sa possession, il les a affublés d’une carte SIM et il a activé leurs fonctions de localisation.

Ensuite, il les a tous placés dans une brouette pour enfants et il s’est amusé à circuler à travers sa ville.

Un hack relativement simple à mettre en oeuvre

L’axe routier, complètement dégagé l’instant d’avant, a alors commencé à montrer des signes de faiblesse sur la solution. Très vite, la portion parcourue a viré au orange, puis au rouge, ce qui symbolise une congestion importante du trafic routier.

Grâce à ses 99 smartphones et leur carte SIM, Simon Weckert a donc réussi à créer un embouteillage fictif alors que la route était parfaitement dégagée. Résultat des courses, les conducteurs utilisant la solution ont été incités à se détourner de cet axe et à emprunter des itinéraires secondaires.

L’expérience a rapidement fait le tour du monde, et cela n’a rien de surprenant. Google Maps était très utilisé, le moindre hack peut avoir des répercussions sur des millions de conducteurs. On imagine sans peine l’impact que pourrait avoir une telle expérience sur un axe routier aussi emprunté que l’A6 en plein été, par exemple.

Reste que Google ne va certainement pas rester les bras croisés et il ne serait donc pas surprenant que la firme procède très vite à une mise à jour de son algorithme pour éviter de tels détournements.

Mots-clés googlegoogle maps