Il surveille les forêts tropicales à l’aide de vieux téléphones

Topher White se bat depuis plusieurs années pour la préservation des forêts tropicales. Il a eu l’idée d’utiliser de vieux téléphones portables pour créer un système de surveillance en temps réel.

Topher a eu une carrière bien remplie. Après avoir suivi un cursus en physique et en ingénierie, l’homme a en effet travaillé pendant plusieurs années comme chef de projet web avant de lancer une plateforme mobile du nom d’Enthuse. Il s’est ensuite découvert une véritable passion pour l’écologie et il a réalisé plusieurs reportages pour National Geographic avant de fonder une ONG du nom de Rainforest Connection.

Forêt

Cette organisation a un seul et unique objectif : protéger les forêts contre toutes les menaces humaines.

Recycler d’anciens téléphones pour surveiller les forêts

Durant un de ses reportages, Topher White a effectivement réalisé que de nombreux bûcherons continuaient de couper des arbres malgré les interdictions mises en place par les gouvernements. Surpris, il a décidé de creuser le sujet et il s’est alors rendu compte que l’exploitation forestière illégale représentait environ 90 % de la déforestation tropicale.

Excédé par leur attitude, il a donc eu l’idée de mettre au point un système de surveillance en temps réel reposant sur de vieux téléphones portables.

Le dispositif s’appuie sur un réseau composé de plusieurs dizaines de postes d’écoute bricolés avec les moyens du bord. Topher a en effet eu l’idée de recycler d’anciens téléphones et de les accrocher directement sur les arbres avec un microphone et des panneaux solaires.

Grâce à l’extrême sensibilité du microphone utilisé, chaque téléphone peut couvrir une large zone s’étendant sur environ 1,6 kilomètre carré.

Une initiative qui porte ses fruits

Lorsqu’un bruit suspect est détecté – comme une tronçonneuse ou encore le moteur d’un véhicule – le téléphone envoie directement un signal vers le central et les autorités locales peuvent ensuite intervenir sur place pour procéder à l’arrestation des braconniers.

La solution est peu coûteuse et elle a permis à Topher White de déployer une centaine d’appareils d’écoute en Indonésie, au Cameroun, en Roumanie, au Brésil, en Équateur, au Pérou, au Nicaragua et en Bolivie. Il avait d’ailleurs lancé une campagne de financement participatif sur KickStarter à l’époque pour lever les fonds dont il avait besoin et cette dernière lui avait rapporté un peu plus de 167 000 $.

Mots-clés écologieinsolite