Il vendait de faux papiers officiels sur Snapchat

La BEFTI de la police judiciaire parisienne ou Brigade d’Enquête sur les Fraudes aux Technologies de l’Information vient de frapper un grand coup avec l’arrestation d’un jeune homme de 21 ans qui était à la tête d’un réseau travaillant dans la vente de faux papiers. Surnommé « EnzzBenzz », le jeune faussaire proposait toutes sortes de documents à ses clients, allant des passeports aux fichiers confidentiels de la police, en passant par des arrêts de travail.

Selon les informations, EnzzBenzz, qui habite Bagnolet (Seine-Saint-Denis), était dans le collimateur de la BEFTI depuis neuf mois déjà. Comme le jeune homme avait du succès en utilisant Snapchat pour faire prospérer son business, c’est sur cette plateforme que les policiers l’ont finalement repéré.

Crédits Pixabay

L’on sait également qu’à part EnzzBenzz, trois autres personnes impliquées dans la fabrication et la vente des faux papiers ont été mises en examen. Parmi elles, on compte un gendarme de Seine-et-Marne.

Un vrai magasin en ligne

On peut dire que l’affaire d’EnzzBenzz avait du succès. Il possédait une bonne douzaine de comptes bancaires dont la majorité contenait des dizaines de milliers d’euros. Il pouvait également se permettre de faire une promotion sur sa marchandise lorsque ses clients achetaient par lots. Par exemple, pour les arrêts de travail, on pouvait s’en procurer une centaine pour 400 euros, et 200 unités pour 700 euros.

À part cela, l’attestation de réussite à l’examen du Code de la Route coûtait entre 600 et 1 200 euros tandis qu’une carte de mobilité pouvait être achetée à un prix compris entre 80 et 100 euros l’unité. Le faussaire ne s’est pas arrêté aux faux-papiers puisqu’il s’est aussi mis à vendre des masques FFP2 au cours de la période de confinement dû au Covid-19.

À lire aussi : Attention aux arnaques sur Snapchat, elles pourraient vous coûter cher

Pris au piège par la police

Les policiers ont réussi à coincer EnzzBenzz ainsi que quelques membres de sa bande en leur tendant un piège. Un agent de police a en effet fait semblant d’être un client cherchant à accéder à un FPR ou Fichier des Personnes Recherchées. Cette tactique a permis aux forces de l’ordre d’identifier le gendarme qui était de mèche avec la bande. Il s’agissait d’un volontaire du peloton de gendarmerie autoroutière de Coutevroult, qui a d’ailleurs déjà démissionné.

Actuellement, les malfaiteurs sont poursuivis pour « escroquerie en bande organisée ». Les autorités continuent toutefois leur enquête pour essayer de voir si EnzzBenzz n’avait pas d’autres complices au sein de l’administration.

À lire aussi : Snapchat fait le plein de nouvelles fonctionnalités

Mots-clés snapchat