Il y a 313 millions d’années, un animal inconnu a laissé ces empreintes dans le Grand Canyon

En 2016, les empreintes de pas d’un animal inconnu ont été retrouvées dans le parc national du Grand Canyon (États-Unis), sur un bloc de roche dont l’âge est estimé à environ 313 millions d’années. D’après les résultats des analyses effectuées, ces traces appartiendraient en fait à un vertébré tétrapode rampant.

C’est lors d’une randonnée sur le sentier de Bright Angel Trail que des visiteurs ont fait cette découverte, dans la formation de Manakacha situé dans le Grand Canyon. Leur attention était attirée par les traces imprimées dans un bloc de roche provenant d’une falaise effondrée.

Des empreintes laissées sur les dunes d'un désert

Photo de Peter Arvell. Crédits Pixabay

Depuis, des scientifiques se sont intéressés à ce fameux bloc de roche et aux empreintes qui étaient dessus. Et d’après les conclusions qu’ils ont récemment publiées dans la revue PLOS ONE, il s’agirait en fait des plus anciennes traces d’un vertébré marchant sur des formations dunaires qu’on n’ait jamais trouvées.

Une découverte fortuite faite par des randonneurs

Comme quoi, une simple randonnée peut ouvrir la voie à de véritables découvertes scientifiques. Ce simple concours de circonstances a en effet bien servi les paléontologues qui, d’habitude, prospectent des années avant de tomber sur des éléments fossiles capables de les aider à en apprendre plus sur les anciens êtres vivants qui ont peuplé la Terre.

Pour le coup, c’est l’équipe du Dr Stephen Rowland (Université du Nevada) qui s’est penchée sur l’étude et l’analyse des indices retrouvés. Ainsi, d’après leurs conclusions, la surface rocheuse de laquelle le bloc en question s’est détaché était autrefois la pente d’une dune vieille de 315 millions d’années.

Quant à l’animal, Rowland précise que les traces ne correspondent pas à celles d’un animal déjà répertorié. Elles ont toutefois des similitudes avec celles du Chelichnus, un reptile dont les origines remontent au Permien, bien avant l’apparition des dinosaures. Pour autant, les indices tangibles ne permettent pas encore de confirmer cette hypothèse.

Les empreintes d’un animal à la démarche bizarre

Les empreintes retrouvées indiquent en effet qu’on est tout simplement en présence d’un vertébré tétrapode, probablement de la classe des reptiles, qui se déplaçait soit latéralement, soit en diagonale. En tout cas, vers le haut, suivant la déclivité de l’ancienne dune de sable.

La première hypothèse des chercheurs est que l’animal se déplaçait sur la pente avec une démarche à séquence latérale (comme les chiens) tout en montant en diagonale. La seconde hypothèse suggère qu’il se déplaçait directement vers le haut, selon un angle assez bizarre.

Quoi qu’il en soit, ils n’ont pas pu trancher si les empreintes laissées, et donc la démarche de l’animal, étaient dues à la raideur de la pente et à d’autres facteurs externes ou bien s’il s’agit du véritable mode de déplacement de l’animal.

Une reconstitution des empreintes laissées par l’animal inconnu. Crédits Emily Waldman

Mots-clés paléontologie