Il y aurait 14 objets constitués d’antimatière dans notre Voie Lactée

Les chercheurs ont récemment repéré 14 objets susceptibles d’être constitués d’antimatière. Pour le moment, rien n’est encore sûr, mais il est possible que ce sont des anti-étoiles, selon les astrophysiciens qui les ont détectés grâce à une carte de rayons gamma.

Apparemment, ces objets sont les seuls dans toute la galaxie à avoir cette constitution.

Crédits Pixabay

Pour rappel, les rayons gamma sont des radiations produites entre autres par les réactions entre la matière et l’antimatière. Si ces objets mystérieux étaient bien constitués d’antimatière, donc des anti-étoiles, ils pourront nous aider à trouver où est passée l’antimatière dans notre Univers.

Quand la matière rencontre l’antimatière

Avant d’aller plus loin, il faut comprendre que chaque chose qui nous entoure, chaque élément de la matière, a son égal opposé. Il serait ainsi logique de considérer que pour chaque ensemble de matière, il y a une même quantité d’antimatière. Pourtant, on n’a jusqu’à maintenant mis le doigt sur quasiment aucun objet constitué d’antimatière.

Toutefois, on sait que quand une particule rencontre une antiparticule, elles s’éliminent en une explosion de rayons gamma. Ainsi, toute matière qui n’a pas encore disparu devrait donc encore avoir son équivalent d’antimatière.

Fait intriguant pour les astrophysiciens, la quantité d’antimatière que l’on a retrouvée jusqu’à présent ne correspond qu’à une infime partie de la quantité de matière. Bon nombre des scientifiques défendent d’ailleurs l’idée selon laquelle, aujourd’hui, il ne subsiste que très peu d’antimatière datant de l’origine de l’Univers.

14 objets qui pourraient être des anti-étoiles

Selon Simon Dupourqué et son équipe à l’institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie en France, les antimatières pourraient être concentrées dans les anti-étoiles. Celles-ci agissent à peu près de la même manière que les étoiles normales. Ce qui fait que c’est compliqué de les localiser, sauf si de la matière venait à se mettre en contact avec elle.

Pour leur étude, cette équipe d’astronomes s’est donc basée sur les données récoltées pendant 10 ans par Fermi, le télescope spatial de détection de rayons gamma. Sur 5 787 sources apparentes d’émission de rayons gamma, 14 d’entre eux pourraient résulter d’une annihilation mutuelle entre proton et antiproton.

Il est probable, mais pas certain que ces 14 objets soient donc des anti-étoiles. Certains peuvent être des trous noirs, des pulsars ou autres émetteurs de rayons gamma. Ces recoupements permettent cependant de comprendre quels objets peuvent être des anti-étoiles.

En quête de l’antimatière dans la Voie Lactée

Cela étant, les 14 sources de rayons gamma repérées dans la Voie Lactée ne correspondraient en tout qu’à environ 2,5 anti-étoiles pour chaque million d’étoiles. C’est encore bien loin de l’équivalence matière-antimatière.

Les chercheurs ont cependant de nouvelles pistes à explorer. En effet, des deux côtés du disque qui forme la Voie Lactée, il y a peu de gaz et de poussières. Ce qui pourrait soutenir l’hypothèse selon laquelle de l’antimatière s’y trouverait en grande quantité puisqu’il n’y a pas trop de matière qui va interagir avec elle, donc moins d’émissions de rayons gamma permettant de détecter sa présence.