Il y a bien des panaches de dioxyde de soufre provenant des volcans d’Io

Jupiter est réputé pour ses nombreuses lunes. Celles-ci ont des caractéristiques différentes qui attisent la curiosité des chercheurs. Io est l’une d’entre elles. Récemment, des scientifiques de l’Université de Californie, Berkley, se sont penchés sur le cas de ce corps céleste qui est présenté comme le satellite le plus volcanique connu à ce jour.

Dans le cadre d’une étude publiée dans la revue Planetary Science Journal, ces chercheurs ont analysé la composition de l’atmosphère de cette lune. Grâce à l’utilisation du réseau de radiotélescopes ALMA (Atacama Large Millimeter/Submillimeter Array), ils ont découvert la présence de dioxyde de soufre dans l’atmosphère de Io.

La planète Jupiter
Photo de Gustavo Ackles. Crédits Pixabay

Leurs observations ont révélé que cet élément provenait des nombreux volcans actifs sur Io.

Une vérification qui a pris du temps

L’atmosphère de Io est très fine. D’après les chercheurs, elle est un milliard de fois plus mince que celle de notre planète. Pendant longtemps, la composition de celle-ci est restée un mystère pour les scientifiques. Afin de faire la lumière sur cette question, ils ont sollicité ALMA pour analyser sa composition.

Les images fournies par ALMA ont montré que la fine couche d’atmosphère qui entoure Io est dominée par le dioxyde de soufre. Les scientifiques ont voulu vérifier si ce gaz provenait de l’intérieur de la lune de Jupiter ou s’il était le produit d’un processus de sublimation qui transforme le dioxyde de soufre glacé en gaz.

Les 400 volcans de Io à l’origine des émissions de dioxyde de soufre

« Le processus à l’origine de la dynamique de l’atmosphère de Io n’était pas connu. Est-ce que c’est le produit de l’activité volcanique ou de la sublimation de la surface glacé lorsque Io est exposée au soleil ? », a déclaré l’astronome Imke de Pater, de l’Université de Californie, Berkley. Pour répondre à cette question, les chercheurs ont étudié les images de Io lorsqu’il se trouvait dans l’ombre de Jupiter.

Au cours de cette phase, l’environnement à la surface de Io refroidit considérablement. Si le dioxyde de soufre qui est présent dans l’atmosphère de Jupiter était vraiment le produit de la sublimation, il aurait gelé à la surface. Toutefois, l’étude des images capturées durant cette phase a montré que ce n’était pas le cas.

Cela prouve donc que les émissions de dioxyde de soufre sur Io proviennent vraiment des 400 volcans actifs sur ce satellite. Ces volcans seraient à l’origine de 30 à 50% de l’atmosphère de Io.

La Fredzone est également sur Google Actualités, pensez à vous abonner à notre flux !

Mots-clés io