Il y a de drôles de livres chez Amazon

Il n’y a pas que de bonnes affaires sur Amazon. Récemment, un tweet a mis à nu un fait étrange : des livres qui ne contenaient pas grand-chose, écrits par des auteurs aux noms douteux, qui inondent les basfonds d’Amazon au plus grand regret de ses clients. Geoffroy Monde, pseudo de la dernière victime en date, l’a appris à ses dépens et l’a fait savoir au monde via Twitter. L’information a ensuite été reprise par Cnews.

Un internaute qui avait commandé un livre sur Amazon a récemment été victime d’une escroquerie. Le bouquin qu’il avait acheté était quasiment vide ! Son dernier achat sur la plateforme, dont un livre de 24 pages, n’a pas contenu une seule lettre. Il a juste eu droit à une vingtaine de pages d’images de mauvaise qualité.

Une bibliothèque remplie de livres
Crédits Pixabay

Ce type de livre, assez ordinaire, et qui est censé parler de faits sur des animaux, n’est en fait qu’une vaste supercherie. Beaucoup d’autres produits du même type sont en effet vendus sur Amazon sans que personne ne se plaigne ailleurs que dans l’espace commentaire.

On ne voyait que des images d’animaux déformés

Geoffroy Monde, le pseudo de l’internaute qui a envoyé le tweet, avoue avoir trouvé uniquement des images déformées dans le livre qu’il avait commandé. L’ouvrage, qui était censé parler d’animaux, n’était en fait qu’un appât à billets. Inutile de rappeler que les clients n’ont pas du tout recommandé ce produit sur Amazon.

« Dégouté de ce livre. Pas un fait ni un mot. 24 pages d’images en noir et blanc qui n’étaient même pas un ornithorynque. Un gaspillage total du cadeau d’anniversaire de ma fille. Atroce ! », pouvait-on lire sur l’espace réservé aux commentaires.

Un blanchiment d’argent qui se cache derrière l’arnaque ?

La vente de livres sans texte, ou d’autres qui sont tout simplement incompréhensibles par Amazon ne datent pas d’hier. D’ailleurs, la pratique cacherait autre chose que d’absence de texte. Il pourrait tout simplement s’agir d’un système permettant de blanchir de l’argent.

En 2017, un auteur inconnu, dénommé Reams, a eu une mauvaise surprise du fisc américain. Un livre qu’il aurait écrit, intitulé Lower Days Ahead, qui était une suite de mots générés automatiquement, lui aurait rapporté 24.000 dollars de revenus. Pourtant, il ne connaissait même pas l’existence du livre.

Reams pense que certaines personnes usurpent des noms d’auteurs. Elles vendent ensuite des livres autogénérés, ou d’autres sans texte, en tout anonymat sur des marketplaces célèbres. Le but serait de blanchir de l’argent en toute impunité.

Il estime même que « des centaines, voire des milliers de faux livres, » pourraient être présents sur Amazon. 

Mots-clés amazon