Il y a du neuf au sujet de l’affaire de l’homme qui a porté plainte contre ses parents pour avoir jeté sa collection de pornos

En avril, un homme a déposé une plainte contre ses parents après que ces derniers aient totalement réduit en cendres sa collection de revues et de films pour adultes. Quelques mois plus tard, l’affaire vient de connaître un nouveau rebondissement.

Originaire du Michigan, l’homme en question a été obligé de retourner vivre chez ses parents après son divorce.

Sexualité

Quelques mois plus tard, l’infortuné a retrouvé une situation et il a alors déménagé dans l’Indiana. Plus précisément à Muncie.

Ses parents détruisent sa collection de pornos, il porte plainte devant une Cour fédérale

Il a alors demandé à ses parents de lui expédier toutes ses affaires. Et c’est là que les ennuis ont commencé.

En réceptionnant les cartons envoyés par ses parents, l’homme a en effet constaté qu’il manquait une bonne partie de sa collection de magazines et de vidéos pornographiques. Il a immédiatement demandé des comptes à son père et ce dernier lui a alors indiqué que les documents avaient été détruits.

Le fils n’a pas apprécié et il a alors déposé une plainte devant une Cour fédérale en demandant pas moins de 75 000 $ de dommages et intérêts.

L’affaire en était restée là. Toutefois, selon MLive, il semblerait que la situation soit en train de prendre une toute nouvelle tournure. Par la voix de leur avocat, les parents ont en effet révélé que la collection privée de leur fils comprenant des contenus extrêmement choquants, des contenus susceptibles de ne pas être tout à fait légaux.

Des contenus très obscènes, et peut-être même criminels

D’après leur témoignage, certaines couvertures semblaient en effet dépeindre des contenus très obscènes et même criminels, avec de la bestialité et ce qui pourrait être assimilé à de la pornographie enfantine.

Si les parents ont affirmé ne pas avoir visionné les cassettes de la collection de leur fils, ils ont tout de même indiqué avoir conservé certaines jaquettes. Des jaquettes qui auraient, selon eux, été réalisées en amateur. Il ne s’agirait donc pas de films disponibles dans le commerce, mais plutôt de compilations réalisées à partir de contenus trouvés en ligne.

Toutefois, la situation est plus complexe qu’il n’y paraît. Les jaquettes se trouvent actuellement en possession des parents. Si elles mettent réellement en scène de la pornographie enfantine, alors le couple risque lui aussi d’être poursuivi pour détention. En conséquence, leur avocat a demandé une ordonnance afin de pouvoir présenter ces contenus sans craindre d’éventuelles poursuites.

Le juge, de son côté, n’a pas encore répondu à la demande.

Mots-clés nsfy