Il y a peut-être les restes d’un ancêtre non identifié dans votre ADN

Grâce à l’analyse d’ADN, les scientifiques en apprennent beaucoup sur l’histoire de nos origines. Le vendredi 7 août 2020, une équipe de chercheurs américains a publié une étude dans la revue PLOS Genetics qui révèle la présence d’un gène appartenant à un ancêtre non identifié dans notre ADN.

Dans le cadre de cette étude, les scientifiques ont analysé des génomes appartenant à des hommes de Neandertal et de Denisova. Leur analyse a mis en évidence l’existence d’un ancêtre commun de l’homme moderne dont on ignore presque tout.

Du nouveau concernant notre ancêtre l'Homo erectus

Photo d’Eliane Meyer. Crédits Pixabay

À ne pas louper : Les Galaxy Note 20 sont disponibles en précommande

Cette étude prouve également que l’homme de Neandertal et l’Homo sapiens ont entretenu des relations interespèces, il y a environ 200 000 à 300 000 années de cela.

Un gène qui aurait appartenu à l’Homo erectus ?

Pour mener à bien cette étude, l’équipe dirigée par Adam Siepel, du Cold Spring Harbor Laboratory, à New York, a utilisé un algorithme baptisé ARGweaver-D. Il a été développé par la scientifique Melissa Hubisz, de l’Université de Cornell. Grâce à cet algorithme, il est possible de remonter très loin dans l’histoire de l’Homme.

En se servant du ARGweaver-D, les chercheurs ont pu trouver une piste concernant l’identité de l’ancêtre à qui appartenait le gène ancien qui se trouve dans notre ADN. D’après eux, il pourrait s’agir de l’Homo erectus, qui a disparu il y a plus de 100 000 ans.

Les relations interespèces étaient courantes à l’époque

Pour Adam Siepel, cette découverte est d’une importance capitale. Selon lui, elle permet d’en « apprendre plus sur l’histoire profonde de l’être humain tout en reconstruisant conjointement l’histoire évolutive d’un ensemble de séquences provenant de l’homme moderne et des hominidés archaïques. »

Cette étude a permis aux chercheurs de remonter jusqu’à la rencontre entre l’homme de Neandertal et l’Homo sapiens.

« L’hypothèse la plus crédible est qu’un premier groupe d’humains anatomiquement modernes est parti d’Afrique et a croisé l’homme de Neandertal, peut-être au Moyen-Orient », a déclaré Adam Siepel.

D’après lui, leur lignée aurait disparu au fil du temps, soit parce qu’elle se serait éteinte, soit parce qu’elle aurait été absorbée par l’homme de Neandertal. Néanmoins, 50 000 ans après les premières relations interespèces, l’homme de Neandertal et l’Homo Sapiens se sont retrouvés.

Les scientifiques ont aussi découvert qu’entre 3 et 7% de l’ADN du Neandertal était influencé par l’Homo sapiens.

Mots-clés anthropologie