Il y a un cheval dessiné dans un désert dans Google Maps

Google Maps laisse apparaître quantité de scènes insolites ou amusantes. Il suffit en effet de passer une ou deux heures sur le service pour en découvrir à foison. Et si vous vous rendez dans le nord de la Chine, vous tomberez justement sur une oeuvre d’art pas tout à fait comme les autres.

De tout temps, l’humanité a tout mis en oeuvre pour s’affranchir du passage du temps et laisser une trace dans l’histoire.

Capture Google Maps

Et ce, de différentes manières. Si certains de nos ancêtres ont ainsi construit de magnifiques monuments, d’autres ont préféré tracer des symboles à même la terre sur des kilomètres à la ronde.

Un drôle de cheval est présent dans Google Maps

Depuis, du temps est passé, mais nous n’avons visiblement pas changé nos bonnes vieilles habitudes. Il arrive en effet fréquemment de croiser de gigantesques formes tracées à même le sol sur Google Maps ou Google Earth et c’est précisément le cas ici.

Comme évoqué un peu plus haut, si vous vous rendez dans le nord du territoire chinois, dans la province du Ningxia, entre Baotou et Ordos, alors vous tomberez peut-être sur un immense cheval. Mais il y a mieux encore, car la forme de l’animal n’a pas été tracée dans le sable.

En réalité, il est formé par ce qui ressemble à des centaines de panneaux photovoltaïques disposés les uns à côté des autres. Les exploitants du parc les ont en effet disposés de sorte à faire apparaître le cheval, les traits de ce dernier étant formé par les espaces séparant les panneaux.

Et il faut bien l’avouer, le résultat est des plus impressionnants, d’autant que le cheval s’étire sur un peu plus de huit cents mètres de long.

Un dessin formé par les panneaux d’un parc photovoltaïque

En soi, il n’est cependant pas surprenant de voir surgir de telles centrales sur le territoire chinois. La Chine investit en effet des fortunes dans les énergies renouvelables et elle avait ainsi insufflé pas moins de 126 milliards de dollars en 2018 pour continuer à développer son réseau. À l’époque, beaucoup avaient d’ailleurs été surpris, à commencer par les analystes qui n’avaient pas anticipé une telle débauche de moyens.

Maintenant, en dépit de ses lourds investissements, la Chine reste tributaire des autres sources d’énergie. Toujours en 2018, le photovoltaïque représentait en effet 2 % de son énergie.

Mots-clés googlegoogle maps