Il y a un gros problème avec les satellites de Starlink

Elon Musk souhaite offrir une connexion internet haut débit aux zones les plus reculées du globe. Pour ce faire, il a lancé le projet Starlink qui vise à créer une constellation de satellites placés en orbite terrestre. Au cours de ces deux dernières années, SpaceX a lancé près de 1700 satellites. Et la société spatiale d’Elon Musk ne compte pas s’arrêter en si bonne route.

Au total, SpaceX veut placer 42 000 satellites en orbite. Cela risque toutefois de poser problème. En effet, les satellites de Starlink sont aujourd’hui considérés comme des dangers spatiaux. D’après les experts, leur présence augmente les risques de collision dans l’espace.

Un satellite perdu dans l'obscurité de l'espace
Crédits Pixabay

Hugh Lewis, chef du groupe de recherche en astronautique de l’Université de Southampton, au Royaume-Uni, a indiqué que les satellites de Starlink sont impliqués dans près de 1600 rencontres rapprochées d’engins spatiaux chaque semaine. Ce chiffre concerne toutes les rencontres de moins d’un kilomètre.

A lire aussi : Voilà comment Starlink compte séduire les gamers

Un risque de collision plus élevé

On ne s’en rend pas compte, mais le nombre de débris spatiaux se trouvant dans l’espace est très élevé. Et l’envoi de nouveaux satellites n’arrange en rien les choses. À en croire Hugh Lewis, la présence des satellites Starlink augmente le risque de collision dans l’espace.

Sur les 1600 rencontres trop rapprochées d’engins spatiaux estimées par Hugh Lewis, 1100 se font entre des satellites Starlink. Les 500 restants impliquent des engins spatiaux contrôlés par d’autres compagnies. Et au rythme auquel vont les choses, ces chiffres seront appelés à augmenter.

A lire aussi : Evitez d’accrocher une antenne Starlink à votre voiture

Un danger pour les missions habitées

Hugh Lewis a pu émettre ces chiffres grâce aux informations fournies par la base SOCRATES (Satellite Orbital Conjunction Reports Assessing Threatening Encounter in Space). Cette base de données permet d’évaluer les risques de collision entre les engins spatiaux.

« J’ai étudié les données en remontant à mai 2019. Depuis lors, le nombre de rencontres enregistrées par la base de données Socrates a plus que doublé et nous sommes maintenant dans une situation où Starlink représente la moitié de toutes les rencontres. »

Si SpaceX continue d’envoyer ces satellites en orbite, Hugh Lewis estime que dans quelques années, ces engins seront impliqués dans 90% des rencontres spatiales de moins d’un kilomètre. À termes, cela pourrait représenter un sérieux danger pour les futures missions habitées.

Mots-clés starlink