Il y a une drôle de naine brune à 6,5 années lumière de la Terre

Des chercheurs ont découvert quelque chose d’assez particulier au niveau d’une naine brune se trouvant à 6,5 années-lumière de la Terre, dans la constellation de Vela. Ils ont en effet observé que la naine brune présentait des bandes de nuages qui lui donnaient un aspect similaire à celui de Jupiter.

D’après les scientifiques, on avait déjà détecté les mêmes bandes sur d’autres naines brunes, mais cette fois-ci, la technique utilisée pour y arriver est différente. Les astronomes se sont servis de la polarimétrie dans leur étude, une technique qui permet de mesurer des objets en analysant la polarisation de la lumière qu’ils émettent.

Crédits Pixabay

Selon Dimitri Mawet, astronome à Caltech et au Jet Propulsion Laboratory, la polarimétrie est assez compliquée, toutefois, les nouvelles techniques et les méthodes d’analyse de données actuelles permettent d’avoir plus de précision et de sensibilité. On peut ainsi l’utiliser pour analyser différents objets spatiaux, incluant les trous noirs distants, les exoplanètes, et bien sûr les naines brunes.

Des corps célestes très particuliers

Ce qui rend les naines brunes spéciales c’est le fait qu’elles correspondent à un état intermédiaire entre les étoiles et les planètes, certains les appellent même des « étoiles ratées ». Lors de leur formation, les nuages de gaz cosmiques s’effondrent sous l’effet de la gravité, exactement comme lors de la formation d’une étoile. Leur masse n’est cependant pas assez élevée pour provoquer la fusion de l’hydrogène dans le noyau.

Les astronomes expliquent qu’étudier les naines brunes permet d’en savoir plus sur les étoiles, mais aussi les planètes. Les chercheurs ont ainsi choisi d’observer de plus près un système binaire de naines brunes découvert en 2013 et dénommé Luhman 16AB. Il s’agit des naines brunes les plus proches de notre planète.

Deux bandes de nuages

Auparavant, des astronomes avaient déjà détecté ce qu’ils pensaient être des nuages sur trois autres naines brunes, incluant l’un des deux éléments appartenant au système Luhman 16AB. Ils avaient mesuré la luminosité pour déduire la présence de changements atmosphériques. Ce qui a intéressé les chercheurs cette fois-ci, ce sont les bandes de nuages qui ne modifient pas la luminosité au cours du temps.

L’équipe dirigée par Maxwell Millar-Blanchaer de Caltech a ainsi utilisé le VLT ou Very Large Telescope de l’European Southern Observatory, qui se trouve au Chili, pour étudier la naine brune Luhman A par polarimétrie. D’après Millar-Blanchaer, la polarimétrie est la seule technique qui puisse détecter des bandes de nuages invariables au cours du temps.

Avec les données obtenues, l’équipe a procédé à une modélisation sophistiquée pour essayer de reproduire la signature de polarisation observée. Ils ont ainsi trouvé comme résultat deux bandes larges permanentes de nuages qui correspondent aux mesures polarimétriques obtenues.

Cette découverte ouvre une nouvelle voie dans l’étude des naines brunes et d’autres objets du cosmos. La technique de la polarimétrie pourrait en effet être utilisée pour analyser l’atmosphère des exoplanètes et détecter les conditions d’habitabilité.

Mots-clés astronomie