Il y aurait bien de l’eau cachée sur Mars, du moins selon ces roches

La recherche de la vie sur d’autres planètes se poursuit activement. Pour les chercheurs, Mars est l’une des planètes les plus susceptibles d’abriter la vie. Cela explique le fait que plusieurs missions ont été envoyées à destination de la planète rouge au cours de ces dernières années. On pense notamment au rover Curiosity qui explore la surface martienne à la recherche de traces de vie microbienne.

Récemment, une étude réalisée par des scientifiques de l’Université de Penn State laisse penser qu’on est sur la bonne voie pour trouver la vie sur Mars. Les résultats de cette étude suggèrent qu’il y aurait bien de l’eau cachée sur la surface martienne. Et on sait que l’eau contribue au développement de la vie.

Une photo de Mars
Crédits Unsplash

Cette découverte s’est fait grâce à l’étude d’une roche minérale appelée hématite.

A lire aussi : Mars : le sous-sol de la planète serait habitable

Des roches datant du 19ème siècle

Comme le raconte Peter J. Heaney, chercheur au sein de l’Université de Penn State, on doit cette découverte à une expérience menée par l’une de ses étudiantes. Cette dernière répond au nom d’Athena Chen. D’après lui, elle essayait de cristalliser de l’hématite lorsqu’elle a remarqué quelque chose d’étrange.

« Elle a trouvé un composant avec une pauvre teneur en oxyde de fer. Je suis alors allé sur Google Scholar et j’ai trouvé deux études datant des années 1840 qui proposent des versions de l’hématite pauvres en oxyde de fer contenant de l’eau », écrit Peter J. Heaney.

Suite à cette découverte, Heaney et Chen ont décidé d’analyser des échantillons d’hématite prélevés au 19ème siècle et conservés au sein de la Smithsonian Institution.

A lire aussi : La NASA cherche des volontaires pour vivre sur Mars en mode simulation (et c’est payé)

Des roches contenant de l’eau

Les analyses ont révélé la présence de molécules d’hydroxyle dans ces roches. Cette molécule est constituée d’un atome d’oxygène et d’hydrogène liés. Peter J. Heaney et Athena Chen ont indiqué qu’elles proviennent de l’eau stockée dans le minéral.

Notons qu’en 2004, le rover Opportunity a trouvé des hématites sur Mars. En raison de leur forme, elles ont été baptisées « myrtilles. » Ces dernières années, d’autres rovers martiens ont détecté des hématites sur la planète rouge. Peter J. Heaney déplore toutefois le fait qu’ils ne sont pas assez sophistiqués pour différencier l’hématite de l’hydrohématite.

Pour faciliter l’identification de ces roches, il a expliqué que l’hydrohématite était rouge vif.

Mots-clés mars