Il y aurait finalement plus de chance de découvrir une vie extraterrestre dans notre galaxie

Dans le cadre d’une enquête internationale sur la chimie de la formation des planètes, une équipe de chercheurs vient de faire une découverte intéressante. Leur travail consistait initialement à analyser les empreintes digitales uniques contenues dans la lumière émise par la matière entourant les jeunes étoiles. Et ce faisant, les astrophysiciens ont identifié des poches de molécules qui participent à la naissance des planètes et à la formation de la vie.

Le programme en question, baptisé « Molecules with ALMA at Planet-forming Scales » ou MAPS, comprends vingt études distinctes. Comme les autres équipes du programme, les chercheurs ayant publié la présente étude ont eu accès aux données du radiotélescope Atacama Large Millimeter / submillimeter Array (ALMA).

Une photo de la Terre
Crédits Pixabay

Les résultats de la recherche ont été publiés le 15 septembre 2021 dans l’Astrophysical Journal Supplement Series.

A lire aussi : Et si les extraterrestres communiquaient grâce à la lumière des étoiles ?

Des molécules essentielles à la formation de la vie dans notre galaxie

L’équipe, comprenant des astrophysiciens issus de seize universités à travers le monde, a été menée par le Dr John Ilee, chercheur à l’université de Leeds. Elle a été axée sur l’existence, l’emplacement et l’abondance des molécules précurseures indispensables à la formation de la vie.

Elle a observé cinq disques protoplanétaires autour de jeunes étoiles. Quatre d’entre eux contenaient les énormes réservoirs de molécules. Autrefois, un disque similaire se formait autour du jeune soleil pour donner naissance aux planètes de notre système solaire.

En fait, ces molécules jouent le rôle de « tremplins » entre deux types de molécules. D’une part, il y a les molécules simples, comme le monoxyde de carbone, qui sont en abondance dans l’espace. D’autre part, il y a les molécules complexes, mais utiles pour former et maintenir la vie.

« Ces grandes molécules organiques complexes sont présentes dans divers environnements de l’espace. Des études théoriques et de laboratoire ont suggéré que ces molécules sont les “ingrédients bruts” de la construction de molécules qui sont des composants essentiels de la chimie biologique sur Terre, créant des sucres, des acides aminés et même les composants de l’acide ribonucléique (ARN) dans les bonnes conditions. »  

A lire aussi : Va-t-il désormais falloir se méfier des virus extraterrestres ?

Des molécules plus complexes pourraient exister en abondance dans notre galaxie

Cependant, la présence de ces environnements dans lesquels se trouvent ces molécules organiques complexes aussi près et à cette époque n’est pas intégrée par les modelées théoriques actuels. Dans le cas où ils sont abondants dans notre galaxie, il se peut que les extraterrestres ne soient finalement pas si loin de nous.

« Les résultats suggèrent que les conditions chimiques de base qui ont abouti à la vie sur Terre pourraient exister plus largement à travers la Galaxie. »

Dr John Ilee

À présent, le défi des chercheurs consiste à vérifier si des molécules plus complexes existent dans les disques protoplanétaires.

« Si nous trouvons des molécules comme celles-ci en si grandes quantités, notre compréhension actuelle de la chimie interstellaire suggère que des molécules encore plus complexes devraient également être observables. » 

Mots-clés exobiologie