Il y aurait pas mal de planètes autour des trous noirs

Ces dernières années, des études en astrophysique ont permis de nommer des corps cosmiques dont l’existence reste purement hypothétique. Parmi eux, il y a par exemple les « moonmoons », qui seraient des lunes de lunes, ou les « ploonets », de grandes exoplanètes sorties de leurs orbites planétaires capturées en orbite stellaire.

Bientôt, le jargon astronomique pourrait intégrer le nom d’un nouvel objet hypothétique : le « blanet ».

Crédits Pixabay

Les blanets seraient des planètes qui se forment autour de trous noirs supermassifs. En effet, contrairement à ce que l’on pourrait penser, une précédente étude a montré qu’il pourrait y avoir une zone de sécurité autour de chaque trou noir supermassif. Dans ces endroits, il se pourrait qu’il y ait des milliers de planètes en orbite.

L’étude, dirigée par Keiichi Wada de l’université de Kagoshima, au Japon, décrit de manière hypothétique le processus de formation des blanets. Le rapport a été soumis à la relecture par The Astrophysical Journal, et est disponible sur arXiv.

À ne pas louper : Les Galaxy Note 20 sont disponibles en précommande

Une zone où les composés volatils peuvent se condenser en glace

Il y a un an, Wada et son équipe ont publié une étude selon laquelle ces zones de sécurité autour de trous noirs sont plus propices à la formation d’un corps planétaire que l’environnement autour des étoiles. Afin de rendre les résultats plus fiables, l’équipe vient de simuler une seconde fois le processus de formation de blanet en dehors de la « ligne de glace ». Il s’agit d’une zone dans laquelle les composés volatils peuvent se condenser en glace.

Ils ont pu confirmer leur théorie, soulignant qu’elle est conforme au modèle conventionnellement admis sur la formation des planètes.

« Ici, nous étudions les processus de coagulation de la poussière et les conditions physiques de la formation des blanets », ont-ils écrit. « Nos résultats suggèrent que les blanets pourraient se former autour de noyaux galactiques actifs à luminosité relativement faible au cours de leur vie. »

Des corps d’environ 20 à 3 000 masses terrestres

Concrètement, ces objets prendraient environ 70 à 80 millions d’années pour se former si le trou noir a un million de masses solaires. Selon les chercheurs, plus ils sont éloignés du trou noir, plus ils sont plus grands. Ainsi, un blanet situé à environ 13 années-lumière du trou noir pourrait avoir une masse qui varie entre 20 et 3 000 masses terrestres. Cela correspond à la limite supérieure de la masse de la Terre.

D’après les scientifiques, l’enveloppe gazeuse d’un blanet devrait être négligeable par rapport à sa masse. « C’est pourquoi le système des blanets est extraordinairement différent de celui des planètes de type terrestre standard dans les systèmes exoplanétaires », ont-ils souligné. « La stabilité dynamique d’un tel système autour d’un trou noir supermassif peut être un sujet intéressant pour des études futures. »