Il y aurait peu de chances que la Chine approuve l’accord entre ByteDance, Oracle et Walmart

Ce mardi 22 septembre 2020, Reuters nous rapporte qu’un éditorial paru dans le Global Times, un tabloïd paraissant quotidiennement en République populaire de Chine, donne peu d’espoir sur l’approbation de l’accord conclu entre ByteDance, Oracle et Walmart sur la propriété et la gestion du réseau social TikTok aux États-Unis.

Bien que, pour l’instant, la Chine ait préféré s’abstenir de tout commentaire sur cette affaire, son ministère des Affaires étrangères a reproché à plusieurs reprises aux États-Unis d’offrir un environnement discriminatoire aux entreprises étrangères au lieu d’un environnement équitable.

Crédits Pixabay

Néanmoins, le ministère chinois du Commerce a étendu ses domaines de compétence à la fin août sur les exportations technologiques pour avoir son mot à dire et disposer d’un contrôle réglementaire sur tout accord qui porterait sur TikTok.

Un accord injuste qui ne satisfait que les États-Unis

L’auteur non identifié de l’éditorial du Global Times a notamment souligné que « l’accord était injuste. Il répond aux demandes déraisonnables de Washington. Il est difficile pour nous de croire que Pékin approuvera un tel accord » et ajoute que les termes de l’accord « montrent largement le style d’intimidation et la logique hooligan de Washington. Ils portent atteinte à la sécurité nationale, aux intérêts et à la dignité de la Chine ».

Selon ByteDance, pour que l’accord soit conclu, il faudrait avoir l’approbation des régulateurs de Pékin et de Washington. Or, il semblerait que les parties en cause, ByteDance, Oracle et Walmart, n’aient pas la même compréhension de l’accord.

Pour ByteDance, TikTok Global serait sa filiale américaine et il détiendrait la participation majoritaire de 80% dans la société, mais les deux entreprises ne semblent pas l’entendre de cette oreille.

Oracle et Walmart exposent un plan totalement différent du point de vue de ByteDance pour TikTok

Déjà, Oracle et Walmart ont déclaré selon Reuters que la propriété de ByteDance sera distribuée aux investisseurs, et bon nombre d’entre eux résident aux États-Unis. De plus, ByteDance lui-même n’aurait aucune participation directe dans la société. Ensuite si actuellement, deux des cinq sièges dont le conseil d’administration sont occupés par des Chinois, Oracle et Walmart ont déclaré que quatre sur des cinq membres seront désormais américains et qu’un « directeur de la sécurité nationale » approuvé par les États-Unis devrait également siéger au conseil d’administration.

Mais ce n’est pas tout, selon l’éditorial, ByteDance sera amené à dévoiler le code source de TikTok à Oracle étant donné son rôle de « partenaire technologique de confiance ». Or, comme TikTok n’a jamais été disponible en Chine étant donné qu’il y a déjà Douyin, son équivalent, à supposer que TikTok et Douyin partagent le même code source, « les États-Unis peuvent apprendre à connaître les opérations de Douyin », qui ne compte pas moins de 600 millions d’utilisateurs quotidiens.

Soulignant le caractère scandaleux, excessif et injuste de l’accord, l’éditorial enchaîne que « si la réorganisation de TikTok sous la manipulation américaine devient un modèle, cela signifie qu’une fois qu’une entreprise chinoise prospère étend ses activités aux États-Unis et devient compétitive, elle sera ciblée par les États-Unis et transformée en une entreprise sous contrôle américain (…) qui ne sert finalement que les intérêts américains ».