Il y aurait plus de métal que prévu sur la Lune

Il y a encore beaucoup de choses qu’on ignore au sujet de la Lune. La communauté scientifique a déployé de nombreuses ressources pour tenter de percer à jour les secrets du satellite de la Terre. La sonde Lunar Reconaissance Orbiter (LRO) fait partie des instruments qui ont été envoyés sur la Lune pour y collecter des données.

Un groupe de scientifiques, dirigé par le chercheur Essam Heggy, de la Viterbi School of Engineering de l’Université de Californie, a récemment mené une étude en se servant du mini-RF (Miniature Radio Frequency), du LRO. En cherchant à localiser de la glace dans les cratères de la Lune avec cet instrument, ces chercheurs ont fait une découverte inattendue.

Crédits Pixabay

Alors qu’ils mesuraient la constante diélectrique, c’est-à-dire la propriété électrique du sol lunaire, ils ont découvert des éléments qui laissent penser qu’il y aurait plus de métal que prévu sur la Lune.

Le sous-sol lunaire regorgerait de métaux

En étudiant le sol lunaire, les chercheurs ont noté que la constante diélectrique augmentait graduellement dans les cratères de 2 à 5 kilomètres de diamètre. Cette constante restait néanmoins inchangée dans les cratères de 5 à 20 kilomètres de diamètre.

D’après les scientifiques, cela voudrait dire qu’il y aurait une grande quantité de métaux dans le sous-sol lunaire. Les gros cratères ont été creusés en profondeur par les météorites pour dévoiler les métaux qui se trouvent dans le sol. Néanmoins, les cratères de taille moindre n’auraient pas été creusés assez profondément pour qu’on puisse se rendre compte de toute la quantité de métal qui se cache dans le sous-sol lunaire.

À lire aussi : Un physicien propose de construire un accélérateur de particules sur la Lune

Une nouvelle théorie sur la formation de la Lune ?

Dans leur étude, les chercheurs ont indiqué que le sous-sol lunaire serait riche en oxydes de fer et en titane. Selon eux, cette découverte risque de modifier la théorie concernant la formation de la Lune.

Les scientifiques pensent que la Lune est née d’une collision géante entre la Terre primitive et une protoplanète de la taille de Mars, baptisée Théia, il y a 4,5 milliards d’années de cela. En se basant sur les informations obtenues dans le cadre de cette nouvelle étude, les chercheurs ont suggéré que l’impact entre la Terre et Théia aurait été plus violent qu’on ne le pensait.

Cette énorme collision aurait arraché à la Terre des morceaux plus riches en métaux, ce qui explique la grande quantité de métal qui se trouverait dans le sous-sol lunaire.

À lire aussi : La Lune en partie formée par des impacts de météorites

Mots-clés lune