Île de Pâques : de nouveaux détails sur les Rapa Nui et l’effondrement de leur société

Rapa Nui ou l’Île de Pâques est surtout célèbre pour le style de son architecture rituelle. Parmi les constructions les plus connues, il y a les statues géantes dénommées moai ainsi que les plateformes qui les soutiennent dénommées ahu.

Un récit largement répandu stipule qu’après un effondrement de la société sur l’île vers l’année 1600, les habitants auraient arrêté la construction de ces monuments qui font la fierté de leur culture. Cependant, d’après une récente étude menée par Robert J. DiNapoli de l’Université de l’Orégon, les habitants de Rapa Nui auraient continué d’ériger des statues moai bien après le premier contact avec les Européens.

Crédits Pixabay

Selon les explications de Carl Lipo, un anthropologue du Binghamton University, leurs recherches vont à l’encontre du récit généralement admis. Il a aussi ajouté qu’ils ont examiné attentivement le déroulement des événements pendant la construction des grandes plateformes afin de valider leurs arguments.

La méthode de la datation au carbone

Les résultats de la nouvelle étude ont été obtenus en utilisant principalement la datation au carbone. De plus, les chercheurs ont examiné la stratigraphie architecturale relative et les rapports ethnohistoriques dans le but de quantifier les différentes étapes de la construction des monuments. C’est en fait un moyen de tester l’hypothèse de l’effondrement.

Selon Lipo, les archéologues donnent un âge aux archives archéologiques en utilisant les dates obtenues avec la méthode du radiocarbone. Des analyses statistiques sophistiquées sont ensuite nécessaires pour pouvoir faire ressortir des motifs à partir des groupes de dates. D’après Lipo, les méthodes d’analyse en question n’ont été disponibles pour les archéologues que récemment. Ainsi, elles ont été utilisées pour en savoir plus sur l’histoire de la construction des monuments sur l’Île de Pâques.

Ce qu’ils ont trouvé

D’après les résultats obtenus avec les différentes méthodes, les scientifiques ont conclu que la construction des statues a débuté peu après l’arrivée des habitants sur l’île. La construction a ensuite continué de façon rapide entre le début du 14e et le milieu du 15e siècle. Contrairement à ce qui est généralement admis, elle ne s’est pas arrêtée avant l’arrivée des Européens en 1722, et a également continué après cet événement.

Selon Lipo, cette continuation de la construction n’aurait pas eu lieu s’il y avait eu l’effondrement avant le contact avec les Européens. D’ailleurs, si c’était le cas, on aurait constaté l’arrêt des travaux bien avant 1722.

Ainsi, bien que les Européens aient amené un grand changement et de nombreux événements tragiques sur Rapa Nui, les habitants ont continué à suivre leurs us et coutumes qui leur ont fourni stabilité et succès pendant des siècles. D’ailleurs, selon Lipo, le degré de transmission de l’héritage culturel du peuple de Rapa Nui est assez impressionnant.

Les chercheurs pensent que l’approche qu’ils ont choisie par rapport à ce sujet devrait être utilisée dans l’étude des divers cas présentant un problème similaire.