Île de Pâques : une nouvelle découverte sur les anciens habitants de l’île

L’île de Pâques, ou « Rapa Nui » en langue rapanui, est notamment connue pour ses énormes statues (les moaï). Cette île chilienne isolée dans le sud-est de l’océan Pacifique vient de faire l’objet d’une nouvelle étude réalisée par une équipe d’archéologues comprenant des professeurs de l’Université de Binghamton et de l’Université d’État de New York.

Selon cette nouvelle étude, les anciens habitants de Rapa Nui ont réussi à maintenir une société de plusieurs milliers de personnes en utilisant, comme principale source d’eau douce, le processus de décharge d’eaux souterraines sur les côtes.

Île de Pâques

Une technique pour récupérer de l’eau douce en bordure de mer

Pour arriver à cette conclusion, l’équipe d’archéologues, comprenant notamment le professeur d’anthropologie de l’Université d’État de New York à Binghamton, Carl Lipo, a mesuré la salinité des eaux côtières autour de l’île de Pâques. Leur objectif était de déterminer si la concentration en sel dans l’eau située près des côtes était suffisamment basse pour que les habitants de l’île puissent la boire sans risque pour leur santé. Ils se sont rendu compte, en mesurant le pourcentage de sel dans les eaux côtières, qu’elles étaient sans danger pour la consommation humaine.

En éliminant les autres options qui pouvaient servir de sources principales d’eau potable, les chercheurs ont conclu que la décharge d’eaux souterraines était un facteur essentiel de la subsistance de la grande population que l’île est censée avoir abritée. Le processus de décharge des eaux souterraines côtières permet en effet de collecter de l’eau douce potable directement à l’endroit où elle émerge sur la côte de l’île.

L’emplacement des célèbres statues de l’île enfin expliqué ?

D’après le Pr Lipo, les habitants de l’île de Pâques récupéraient grâce à l’évacuation des eaux souterraines côtières, de l’eau douce mélangée légèrement à l’eau de mer, créant ce qu’on appelle de l’eau saumâtre. Mais le niveau de sel de cette eau était suffisamment bas pour être propre à la consommation. Toutefois, cela implique aussi que les habitants de l’île utilisaient rarement du sel dans leur cuisine.

L’équipe du Pr Lipo semble par ailleurs avoir résolu par la même occasion un autre mystère entourant Rapa Nui, celui de l’emplacement des célèbres statues moaï qu’on trouve dans des endroits spécifiques autour de l’île, avec une forte concentration près des côtes.

“Maintenant que nous en savons plus sur l’emplacement de l’eau douce, l’emplacement de ces monuments et d’autres éléments trouvent leur sens : ils sont situés là où l’eau douce est immédiatement disponible”, a déclaré le Pr Lipo.

Mots-clés anthropologie