Île de Pâques : une nouvelle étude remet tout en cause

L’Île de Pâques recèle encore de nombreux mystères et certains d’entre eux ont trait aux habitants des lieux, les Rapa Nuis. Certains chercheurs pensaient en effet avoir trouvé une explication logique à leur subite disparition, mais il semblerait qu’ils se soient fourvoyés en beauté.

L’Île de Pâques se trouve dans le sud-est de l’océan Pacifique, à un peu plus de trois mille kilomètres des côtes chiliennes. Elle s’étend sur près de cent soixante kilomètres carrés et elle compte à l’heure actuelle environ cinq mille habitants.

Mystère Île de Pâques

Inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO, elle fascine les archéologues et les anthropologues depuis plusieurs années et de nombreuses études ont ainsi été menées sur place.

L’Île de Pâques, une île empreinte de mystère

D’après les analyses effectuées par les chercheurs, le peuplement initial de l’île remonterait à un plus de mille ans. Des colons polynésiens auraient en effet élu domicile sur place entre l’an 400 et 800 de notre ère. Les ressources de l’île étaient rares, mais les premiers immigrants ont tout de même réussir à construire une société complexe et ils ont ainsi donné naissance au peuple des Rapa Nuis.

Pendant plusieurs siècles, les habitants de l’île ont taillé des statues dans des blocs de basalte, de tuf ou de trachyte : les fameux moaï. L’île en compte désormais un peu plus de huit cents, avec une taille variant entre les deux et les neuf mètres de haut pour un poids pouvant atteindre les quatre-vingts tonnes pour les statues les plus grosses.

Toutefois, les Rapa Nuis ont subitement disparu de l’île en 1860, sans aucune explication. Le mystère a tenu les anthropologues en haleine pendant plusieurs décennies et de nombreuses hypothèses ont été formulées. Les années passant, les chercheurs ont fini par en retenir une : l’écocide, soit la destruction de leur environnement.

D’après cette théorie, les Rapas Nuis auraient en effet exploité abusivement les ressources de l’île pour l’établissement de leur société. Faute de mieux, ils auraient tenté de se convertir à l’agriculture et à l’élevage, mais ils ne disposaient pas des bonnes techniques et ils se seraient donc progressivement éteints.

Les Rapa Nuis ont subitement disparu en 1860

Cette théorie semblait plutôt logique, mais elle vient d’être mise à mal par une nouvelle étude menée conjointement par les universités de Bristol, de Binghamton et d’Hawaï.

Publiée à cette adresse, elle remet en question tout ce que nous pensions savoir de la disparition des Rapa Nuis en 1860.

En menant plusieurs analyses sur place, les chercheurs ont en effet trouvé dans les restes humains des protéines venant de sources marines. Intrigués, ils ont poussé plus loin leurs investigations et ils se sont notamment intéressés à la composition du sol. Après avoir fait plusieurs relevés, les scientifiques ont fini par trouver les traces d’un ancien engrais remontant au 19e siècle, un engrais prouvant de manière indiscutable que les Rapa Nuis maîtrisaient les techniques de culture.

Carl Lipo, un membre de l’équipe de recherche, s’est dit extrêmement impressionné par cette découverte. Elle prouve selon lui que les habitants de l’île étaient extrêmement attentifs sur le traitement des ressources et qu’ils avaient en outre une parfaite connaissance des sols.

Selon lui, la théorie de l’écocide ne tient plus et l’explication de cette mystérieuse disparition doit par conséquent se trouver ailleurs.