Île de Pâques : une statue abîmée dans un accident de camion

Au début du mois de mars, un habitant de l’île de Pâques a été arrêté par la police nationale après avoir endommagé une statue connue mondialement, qui plus est une des plus sacrées. Selon les enquêtes par les autorités locales, cet accident aurait été causé par une défaillance rencontrée au niveau du système de freinage du pick-up du concerné.

L’automobile, étant restée sans surveillance, a roulé tout droit vers la plateforme en question.

Crédits Pixabay

Cette structure fait partie des milliers de moaï, qui sont des objets emblématiques du territoire polynésien. De plus, ils sont inscrits en tant que patrimoine mondial de l’UNESCO. Il va sans dire que les dégâts causés par cet individu ont été incalculables ne serait-ce que sur le plan culturel et religieux.

Des mesures draconiennes doivent être prises pour éviter que ce genre d’incident se reproduise. Le maire en service sur l’île a mis l’accent sur cette nécessité.

Des dommages colossaux

Le propriétaire du camion ayant causé cette mésaventure a compensé les lacunes rencontrées au niveau de ses freins avec une pierre posée sous la roue.  Pourtant, il n’était pas sur les lieux pour surveiller l’engin. Malheureusement, cette cale n’était pas suffisante pour maintenir le poids de l’auto stationné aux environs du site sacré de l’île. En conséquence, elle a buté contre la statue.

C’est au président de la communauté rapanui, connu sous le nom de Camilo Rapu, d’évaluer l’étendue des dégâts. Force est de reconnaître que ce choc a causé des casses inestimables et irrécupérables à l’ensemble de la moaï. « Ce sont des structures sacrées ayant une valeur religieuse pour le peuple Rapa Nui, c’est donc une offense à une culture qui a vécu de nombreuses années, » a-t-il déclaré.

Des règles de conduite plus strictes s’imposent

Le bourgmestre s’est montré très clair au sujet des règles de circulation en vigueur sur cette zone. Il a expliqué l’importance de ces mesures au journal El Mercurio. D’ailleurs, ce n’est pas la première fois qu’il a essayé de résoudre le problème.

Avec l’augmentation incessante du nombre d’habitants et de touristes, les risques de rencontrer ce genre d’accident sont immenses, si l’on en croit ses dires. Or, les routes zébrées ne sont pas très courantes, surtout à l’extérieur de la capitale Hanga Roa. Il en est de même pour les feux de circulation, qui sont quasiment inexistants.

Néanmoins, les sanctions relatives aux délits de conduite y sont strictes. Pour preuve, un touriste a déjà été pénalisé d’une amende de 17 000 dollars pour avoir causé un dégât sur l’oreille de l’une de ces sculptures monolithiques.