Ils ont appris la mort de leur fille sur Facebook et ils souhaitent désormais faire interdire les photos de crash

Miranda Valles et Matthew Summers, deux amis passionnés de moto et de vitesse, ont perdu la vie l’année dernière dans un accident survenu le long de l’Insterstate 290, dans l’Illinois. Leurs proches ont appris leur décès par Facebook avant de recevoir la visite des policiers. Ils souhaitent désormais faire interdire la publication de photos ou de vidéos de crash sur les médias sociaux.

Miranda et Matthew ont toujours apprécié les balades à motos. L’année dernière, quelques semaines avant l’été, ils ont été faire un tour sur la Eisenhower Expressway et donc sur l’autoroute reliant Chicago à ses banlieues ouest.

Miranda

Miranda a perdu la vie l’année dernière, dans un accident de moto.

Matthew était aux commandes et Miranda se trouvait derrière lui. Les conditions météo étaient bonnes, la route était dégagée et l’homme a donc pris l’initiative de pousser un peu sa moto.

Matthew a percuté la médiane de l’autoroute, les deux amis sont morts sur le coup

Il a malheureusement perdu le contrôle de son véhicule et il a alors percuté de plein fouet la médiane. Les deux amis sont morts sur le coup.

La police s’est rapidement rendue sur les lieux, mais elle n’était pas la seule sur place. L’accident a rapidement attiré les badauds et l’un d’entre eux a pris des photos des corps de Matthew et de Miranda pour les partager ensuite sur Facebook.

Ces photos ont beaucoup tourné dans les minutes et les heures qui ont suivi. Des proches des victimes ont fini par tomber dessus et ils ont alors téléphoné aux parents de Miranda pour leur présenter leurs condoléances. Mais voilà, ces derniers n’étaient pas au courant de l’accident et les enquêteurs ne les ont contactés que plusieurs heures plus tard.

Aube Valles, la mère de Miranda, en souffre encore. D’après elle, personne ne devrait apprendre la mort de son enfant de cette façon.

Rob Summers, le frère de Matt, a entendu parler de ces photos le lendemain de l’accident, aux funérailles. Son autre frère était tombé dessus en se connectant sur Facebook le matin même. Il a demandé à voir les images et il le regrette encore aujourd’hui. Elles ne laissaient effectivement pas de place à l’imagination et elles étaient extrêmement crues.

Un témoin a pris des photos des corps pour les partager sur Facebook

Les proches des victimes ont demandé la suppression des images de l’accident, bien sûr, mais en pure perte. Elles ont effectivement été reprises par de nombreux sites et certaines d’entre elles sont toujours présentes dans l’index de Google Images à l’heure actuelle.

Kaley Sullivan, une amie de Miranda, a été extrêmement choquée par cette histoire et elle a été confrontée à une situation identique l’été dernier lorsque son ami Steven Thomas, 26 ans, a été renversé par un conducteur ivre. Une fois de plus, des témoins ont pris des photos et ils les ont immédiatement partagées sur les médias sociaux.

Effondrée, elle a alors décidé de lancer une pétition afin de forcer les géants du web à prendre leurs responsabilités. Aube Valles, la mère de Miranda, a accepté de soutenir cette initiative et il en va de même pour les autres proches des victimes.

Si vous souhaitez la soutenir, vous pouvez vous rendre à cette adresse.

Le cybervoyeurisme n’est pas nouveau, bien entendu, mais cette tendance s’est considérablement amplifiée avec l’avènement des réseaux sociaux et des technologies nomades. Désormais, n’importe qui peut en effet filmer une scène et la retransmettre instantanément sur le web sans avoir besoin d’investir dans du matériel professionnel. Il serait peut-être temps que les géants du web se penchent sérieusement sur le sujet.

Facebook le premier, d’ailleurs. Les modérateurs de la plateforme sont effectivement très prompts à réagir lorsqu’ils tombent sur des images dénudées ou suggestives, mais ils n’ont absolument aucun problème avec les photos de cadavres.

Mots-clés facebookweb