Ils ont créé un animal artificiel à l’aide d’une imprimante 3D et de cellules appartenant à un rat

Kit Parker et plusieurs chercheurs travaillant pour le laboratoire de bio-ingénierie de Harvard sont parvenus à créer un robot-raie en s’appuyant à la fois sur une imprimante 3D et sur des cellules appartenant à un rat. A terme, ils pensent pouvoir utiliser cette technologie pour créer des coeurs artificiels plus robustes et plus résistants. La révolution est en marche.

Kit Parker n’est pas un scientifique comme les autres. Il a commencé sa carrière dans l’armée américaine comme parachutiste et il a même été déployé deux fois en Afghanistan suite aux attentats du 11 septembre.

Raie Robot

Des chercheurs ont créé une raie robot plus vraie que nature.

En parallèle, il a également suivi des études en biologie et il a conduit des recherches portant sur la biologie cardiaque, l’ingénierie cellulaire et les nanotechnologie.

Une raie artificielle pour mieux comprendre la mécanique du coeur

Il enseigne depuis plusieurs années à Harvard et il travaille en étroite collaboration avec plusieurs groupes de recherche. En outre, il s’est distingué à maintes reprises par le passé et il a notamment bossé sur un système de camouflage reposant sur des cellules de la sèche.

Comme indiqué un peu plus haut, Kit Parker et des chercheurs travaillant pour le laboratoire de bio-ingénierie de Harvard ont créé une raie artificielle en s’appuyant sur une mécanique de bio-mimétisme.

Pour parvenir à leurs fins, ils ont modélisé et imprimé le corps du robot en s’appuyant sur différents logiciels et sur une imprimante 3D.

Relativement compact et léger, il mesure 16 millimètres de long et il pèse une dizaine de grammes. En outre, il se compose aussi de quatre couches différentes : une couche de polymère transparent, une structure squelettique en or, une deuxième couche de silicone et… une autre couche constituée cette fois de 200 000 cellules de coeur de rat, des cellules génétiquement modifiées pour réagir à la lumière bleue.

Un robot élaboré à l’aide d’une imprimante 3D

Modifiées comment ? Les chercheurs ont simplement inséré des gènes issus d’algues sensibles à ce type de lumière afin de pouvoir piloter le robot à distance.

Après avoir créé le corps du robot, les chercheurs l’ont immergé dans une solution saline composée de sucres afin de nourrir les cellules de rat. Sung-Jing Park, un des membres de l’équipe, a ensuite placé la raie artificielle dans un bassin. Il est parvenu à diriger le robot à travers un parcours constitué de plusieurs obstacles en s’appuyant sur une baguette équipée d’une LED et en modulant son intensité.

Si Kit Parker et son équipe ont passé des mois sur l’élaboration de ce robot, ce n’est pas uniquement par amour de la science. Ils espèrent en effet utiliser ces techniques pour concevoir des coeurs artificiels plus robustes. D’après eux, leur raie pourrait en effet aider les scientifiques à mieux comprendre la manière dont le coeur fonctionne.