Ils ont découvert un nouveau géoglyphe de Nazca

En effectuant des recherches au sud-ouest du Pérou, un chercheur japonais du nom de Masato Sakai a découvert un nouveau géoglyphe de Nazca. Il mesure plusieurs mètres de long et il représenterait une créature imaginaire monstrueuses pourvue de plusieurs pattes et d’une longue langue crochue. Des analyses sont actuellement en cours.

Ces étranges dessins ont été évoqués pour la toute première fois par le conquistador Pedro Cieza de León en 1553 dans un de ses livres, Chronique du Pérou. Toutefois, à l’époque, l’homme pensait qu’il s’agissait davantage d’une piste laissée par les habitants de la région.

Géoglyphe Nazca

Un archéologue a découvert un nouveau géoglyphe Nazca.

Lors d’une expédition menée dans la vallée de la rivière Nazca, l’archéologue péruvien Toribio Mejia Xesspe est tombé lui aussi sur ces formes insolites et il en a alors parlé dans un article scientifique publié dans une revue spécialisée.

Les géoglyphes de Nazca ont longtemps fasciné les archéologues

Là encore, l’expert n’avait pas compris leur réelle nature et il a finalement fallu attendre la fin des années 30 pour voir apparaître les premières photos aériennes des géoglyphes, grâce à l’anthropologue américain Paul Kosok. Le plus drôle, c’est que ce dernier s’était rendu sur place pour étudier les réseaux d’aqueducs des environs.

A l’époque, il pensait que ces formes faisaient partie d’un système d’irrigation mais il a ensuite commencé à évoquer l’hypothèse d’un calendrier astronomique géant.

Les géoglyphes sont revenus sur le devant de la scène en 2014 lorsque de nouvelles figures sont apparues suite à une terrible tempête de sable, des figures découvertes par un archéologue du nom de Eduardo Herrán Gómez de la Torre.

La civilisation Nazca a vécu au sud du Pérou entre -200 et 600 ap. J-C. D’après les informations dont on dispose, elle se serait développée à partir de la culture Paracas et elle aurait donc précédé les Incas.

Comme beaucoup de civilisations à l’époque, les Nazcas vivaient essentiellement de leur agriculture et ils avaient d’ailleurs développé plusieurs techniques d’irrigation pour palier à l’extrême sécheresse de la région, des techniques qui s’appuyaient essentiellement sur des aqueducs souterrains ayant la forme de spirales.

Une chenille dotée d’une langue fourchue ?

Mais cette civilisation est surtout connue pour ses géoglyphes et cela n’a rien de surprenant car ces derniers ont pendant longtemps fasciné les archéologues et les curieux. Certains pensaient même que ces dessins se destinaient à une espèce extra-terrestre.

Dans les faits, ces tracés représentent surtout les divinités animales vénérées par les Nazcas. Certains de ces tracés ont effectivement été répliqués sur diverses poteries.

A l’heure actuelle, les archéologues ont dénombré pas moins de 800 figures géométriques différentes et environ 70 dessins gravés à même le sol. Toutefois, il arrive de temps à autres que de nouveaux géoglyphes soient découverts et c’est précisément le cas ici puisqu’un mystérieux motif a été repéré à proximité du ravin Majuelos, à une dizaine de kilomètres de l’endroit où se trouvent les lignes de Nasza.

Des études sont actuellement en cours mais la plupart des spécialistes pensent que ce nouveau motif représente une créature monstrueuse ressemblant à une chenille dotée d’une langue fourchue. Il faudra cependant attendre de nouvelles images pour en avoir le coeur net.

Mots-clés archéologienazca