Ils ont découvert un nouveau matériau pour remplacer les emballages plastiques

Les chercheurs du Georgia Institute of Technology ont fabriqué un nouveau matériau flexible en pulvérisant de multiples couches de chitine sur des coquilles de crabe et des celluloses provenant d’arbres.

Selon les scientifiques, ce matériau pourrait bientôt se substituer aux emballages en plastique. Carson Meredith, directeur de l’étude, a déclaré que le principal critère de comparaison entre leur invention et les emballages plastiques actuels était le PET ou polyéthylène téréphtalate.

Le PET est l’un des matériaux à base de pétrole que l’on retrouve généralement dans tous les emballages transparents et les bouteilles en plastique. L’expert a également déclaré que la perméabilité à l’oxygène de leur matériel était de 67% inférieure à celle présente dans certaines formes de PET.

Autrement dit, ce nouveau matériau pourra théoriquement conserver plus longtemps la fraîcheur des aliments.

Un matériau solide, flexible et transparent

La cellulose est le biopolymère naturel le plus répandu sur Terre. La chitine, quant à elle, se trouve dans les champignons, les crustacés et les insectes. Pour créer ce matériau, les scientifiques ont mis en suspension la cellulose et les carapaces de crabe dans de l’eau pour ensuite y pulvériser de la chitine en couches alternées.

Le matériau résultant est non seulement solide, transparent, mais aussi flexible. Selon les chercheurs, l’un de ses principaux avantages est le fait qu’il empêche le passage de l’oxygène, ce qui en fait un excellent emballage alimentaire. Carson Meredith déclare que son équipe a examiné depuis plusieurs années les nanocristaux de cellulose afin de trouver des moyens pour améliorer ceux destinés aux emballages renouvelables.

Une importante opportunité commerciale

Les experts estiment que ce nouveau matériau représente une énorme opportunité commerciale en raison de l’importance qu’acquière l’emballage alimentaire à mesure que le nombre de la population continue de croître. Selon Meredith, une molécule de gaz aura du mal à traverser un cristal solide, car il perturbera la structure cristalline.

Le PET par contre contient une grande quantité de contenu amorphe ou non cristallin qu’une petite molécule de gaz pourra facilement pénétrer. Toutefois, Meredith ajoute que les chercheurs doivent encore mener d’autres recherches et tests avant que le matériel puisse être utilisé.

Parmi les sujets que doivent aborder les scientifiques figurent notamment la question du prix auquel sera vendu le matériau.