Ils ont utilisé de fausses affiches pour dénoncer les sponsors de la COP21

La COP21 se déroule en ce moment sur Paris et elle doit normalement aboutir sur un nouvel accord international sur le climat, l’idée étant de maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2 °C. Des militants ont profité de l’occasion pour mettre en place 600 affiches dans la capitale. Elles dénoncent les sponsors de l’évènement en détournant les campagnes publicitaires des grandes marques.

Ces militants font parti d’un collectif britannique du nom de Brandalism. Il n’est pas encore très connu en France mais cela devrait changer très prochainement vu l’ampleur de la campagne qu’il vient de lancer.

Brandalism 1

Les membres du collectif Brandalism ont lancé une grande campagne sur Paris, à l’occasion de la COP21.

Brandalism est né à Londres en 2012 et il utilise la publicité subversive pour défendre les idées de ses membres.

Brandalism lutte contre la publicité des multi-nationales

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le collectif ne fait pas uniquement dans l’écologie. En réalité, il lutte surtout contre les multi-nationales et leurs campagnes publicitaires.

Des campagnes qui s’apparentent de leur point de vue à de la pollution visuelle.

Pour mener à bien leur projet, ils ont pris l’habitude de détourner les campagnes traditionnelles et c’est précisément ce qu’ils ont fait à Paris la semaine dernière.

Le collectif s’est ainsi attaqué aux 600 panneaux publicitaires du groupe JCDecaux. Après avoir enlevé les affiches originales, ils ont mis en place leurs propres publicités pour dénoncer les nombreux mensonges des grandes entreprises.

Ils se sont faits passer pour des agents de JCDecaux afin d’installer leurs affiches

S’ils ont choisi ce moment pour agir, ce n’est pas pour rien puisque la COP21 a ouvert ses portes le 30 novembre dernier et l’événement est « soutenu » par plusieurs dizaines d’entreprises telles que Michelin, Google, Air France, Philips, SNCF, BIC ou même Facebook.

Sa campagne ne vise évidemment pas toutes ces marques. En réalité, elle s’attaque surtout à Air France et à GDF Suez et il faut avouer que ses artistes n’ont pas chômé et ces quelques photos vous le prouveront aisément. Elles ont toutes été prises par le collectif.

Vous vous demandez sans doute comment le collectif est parvenu à mettre en place ces affiches sans attirer l’attention des forces de l’ordre, non ? C’est assez simple en réalité puisque ses membres ont utilisé… de faux gilets orange. Ils ont même tourné une vidéo pour immortaliser leur exploit.