Ils pensent avoir résolu le mystère de Stonehenge

Stonehenge a fait couler beaucoup d’encre depuis sa découverte. Le monument a ainsi fasciné des générations entières d’archéologues qui se sont succédées depuis le début du XXème siècle. De nombreuses fouilles ont été menées sur place afin de déterminer sa nature exacte et l’équipe de Mike Parker-Pearson pense avoir résolu l’énigme.

Stonehenge ne fascine pas uniquement les archéologues et les scientifiques. En réalité, le site attire un peu plus d’un million de visiteurs par an. Il est aussi devenu une véritable source d’inspiration pour les écrivains et même pour certains réalisateurs.

Mystère Stonehenge

Stonehenge fascine les archéologues depuis plusieurs années maintenant.

Si ce monument déchaine autant les passions, c’est surtout parce que personne n’a été en mesure d’expliquer sa véritable utilité.

De nombreuses théories ont circulé au sujet de Stonehenge

Résultat des courses, de nombreuses théories ont circulé durant ces dernières années, des théories portées par des scientifiques, des religieux et même quelques rêveurs.

John Aubrey, un écrivain anglais, a ainsi émis l’hypothèse en 1640 que Stonehenge était un monument druidique et cette théorie a ensuite été reprise quelques années plus tard par William Stukeley, un antiquaire très en vogue à l’époque. Ce dernier pensait d’ailleurs que le monument avait aussi une fonction astronomique.

Il n’a pas été le seul à creuser cette piste car Gerald Hawkins a pensé en 1965 que le monument était en réalité un calculateur astronomique.

Et ça, bien sûr, c’est pour les théories les plus réalistes. Il y en a eu beaucoup d’autres un peu plus farfelues et certains « experts » pensaient ainsi que Stonehenge servait de repère pour une civilisation extra-terrestre. Les créationnistes n’ont pas été en reste non plus et nous en avons encore eu la preuve la semaine dernière lorsqu’un certain Dennis Lindsay a déclaré à la télévision que le monument avait été créé par des Nephilims et donc par des créatures démoniaques.

Mike Parker-Pearson, un professeur d’archéologie à l’University College London, a réuni une équipe en 2013 afin de procéder à des fouilles approfondies de la région. Il pensait effectivement que Stonehenge était en réalité un cimetière et il souhaitait vérifier sa théorie en effectuant des relevés sur place.

Stonehenge n’est que la partie visible de l’iceberg

Durant ces trois dernières années, les experts présents dans la région ont trouvé de nombreux ossements. En les analysant et en les datant au carbone, ils se sont rendus compte que ces restes avaient été incinérés sur une période de 500 ans, entre 3100 et 2600 avant Jésus Christ.

Fait intéressant, chaque tombe était marquée d’une pierre.

Ce n’est pas la première fois que des ossements sont découverts dans la région. En 1920, William Hawley et son équipe avaient exhumé une cinquantaine de dépouilles et c’est d’ailleurs à cette époque que les archéologues ont commencé à penser que le monument avait été construit pour honorer les morts mais ils n’avaient pas pu valider cette théorie, faute de moyens suffisants.

Il y a aussi un autre point à prendre en compte.

Stonehenge n’est pas le seul monument de ce type dans la région et d’autres archéologues ont ainsi découvert des structures assez proches enterrées à environ 24 kilomètres de là. Plusieurs spécialistes pensent donc que le célèbre monument n’est que la partie visible de l’iceberg et qu’il existe en réalité un véritable réseau de monuments anciens dans la région.

Si vous voulez en savoir plus, l’étude complète est disponible à cette adresse.

Mots-clés archéologie