Ils recrutaient des filles sur le web pour les prostituer

Quatre hommes âgés entre 19 et 25 ans ont été mis en examen cette semaine pour proxénétisme aggravé. Ils avaient pris l’habitude de recruter des filles sur internet pour les prostituer ensuite dans un hôtel situé à Malakoff, dans les Hauts-de-Seine. Si leur culpabilité est prouvée, alors ils risquent de passer de nombreuses années à l’ombre.

Les suspects sont en effet accusés d’avoir séquestré et d’avoir violé une adolescente de 16 ans, une adolescente qui est cependant parvenue à s’échapper de l’hôtel où elle était retenue contre son gré depuis deux jours.

Proxénète Malakoff

Quatre hommes sont accusés d’avoir prostitué des jeunes filles dans un hôtel de Malakoff.

Si l’on en croit son témoignage, alors elle aurait fait la rencontre d’un de ces hommes sur internet. Il semblait parfaitement sérieux et il lui a promis de s’occuper d’elle et de la protéger.

Une des filles avait 16 ans et elle était en rupture familiale

L’adolescente étant en rupture familiale, elle a accepté de le rencontrer. Deux hommes sont donc venus la chercher à la sortie de son lycée le 14 avril et ils l’ont conduite dans un hôtel de Malakoff. Là, ils ont commencé à la menacé et l’un d’entre eux l’aurait en plus violée.

D’après elle, ils n’avaient pas l’intention d’en rester là et ils voulaient ainsi la prostituer.

Les policiers se sont immédiatement rendus dans l’hôtel en question après avoir entendu son témoignage. Les quatre suspects se trouvaient toujours sur place et ils ont donc procédé à leur arrestation.

Trois autres filles étaient présentes dans des chambres du même hôtel. Elles sont restées muettes et elle ont ainsi refusé de parler aux enquêteurs mais ces derniers pensent qu’elles se prostituaient aussi, sans doute sous la surveillance des quatre prévenus.

Une d’entre elle a d’ailleurs déclaré qu’elle travaillait à son compte, comme prostituée. Une autre fille a prétendu qu’elle se trouvait avec son petit copain au moment des faits.

Les policiers ont trouvé de l’argent liquide sur place, ainsi que la puce d’un téléphone portable. Après effectué des recherches, ils se sont rendus compte que le numéro de téléphone correspondait à celui d’une petite annonce publiée en ligne.

Mots-clés sexeweb