Ils se dénudent pour protester contre la fermeture de leur commerce

La France est entrée vendredi dernier dans son second confinement. Malgré les mesures prises par notre gouvernement ces derniers mois, le nombre de cas liés à la Covid-19 a littéralement explosé en l’espace de seulement quelques semaines.

Les chiffres communiqués par la Santé Publique se passent d’ailleurs aisément de commentaire.

Image par Bobine de Pixabay 

La France approche inexorablement de la basse des 1,5 million de cas confirmés, avec une moyenne de 30 000 à 40 000 nouveaux cas toutes les vingt-quatre heures et un taux de positivité de l’ordre des 20,4 %.

Faire tomber le haut pour protester contre la fermeture des commerces

Chaque jour, ce sont donc un peu plus de deux cents personnes qui perdent la vie sur notre territoire. Un bilan humain extrêmement lourd.

Face à la situation, le gouvernement français n’a donc eu d’autre choix que de promulguer un nouveau confinement. Plus souple que le précédent, vous trouverez ici une liste de ce que vous avez le droit de faire, ce dernier ne fait pourtant pas que des heureux, notamment chez les commerçants.

Une réaction logique et compréhensible. Tout comme en mars, le gouvernement a en effet pris la décision de fermer tous les commerces non essentiels comme les restaurants, les cafés, les magasins de vêtements ou même les salons de coiffure.

Des commerçants qui doivent donc continuer à faire face à des coûts importants, sans pour autant pouvoir exercer leur activité. Une situation économique désastreuse, qui risque de se traduire par une multiplication des dépôts de bilan au cours de ces prochains mois.

A lire aussi : (Re)confinement, comment générer l’attestation de sortie avec TousAntiCovid ?

Un reconfinement catastrophique pour les commerçants

Face à la situation, la grogne monte et c’est précisément ce qui a poussé plusieurs commerçant de la ville de Boulogne sur Mer à lancer une opération pas tout à fait ordinaire.

Baptisée “L’Etat nous met à poil”, elle consiste tout simplement à se faire prendre en photo dénudé pour dénoncer la fermeture des commerces.

Comme le rapporte La Voix du Nord, en tout, ce sont une vingtaine de commerçant qui se sont retrouvés dans un salon de coiffure de la ville pour participer à l’opération, sous l’objectif bienveillant de la gérante du salon, Hélène Wasselin. L’idée est relativement simple : faire du bruit et attirer les regards sur la situation difficiles que vivent les commerçants.

Les participants sont donc invités à se présenter au salon et à se mettre torse nu, de dos ou de côté, et à poser face au téléphone de la gérante du salon de coiffure. Lorsque cette dernière aura regroupé suffisamment de photos, elle les diffusera sur les réseaux sociaux. Elle espère bien entendu que l’originalité de l’initiative attirera l’attention sur la situation difficile que vivent en ce moment des milliers d’entreprises sur tout le territoire.

A lire aussi : (Re)confinement, comment télécharger les trois attestations dérogatoires ?

Jean Castex ne compte pas céder

Du côté du gouvernement, en tout cas, on semble faire la sourde oreille. Jean Castex a en effet déclaré ce week-end au 20 heures de TF1 qu’il était hors de question de laisser les commerces non essentiels réouvrir leurs portes. Il a également annoncé que, par souci d’équité, les grandes surfaces devront fermer ou rendre indisponibles les rayons non essentiels à partir de demain matin.

Le Premier Ministre a également appelé les commerçant à “respecter les règles et les consignes de sécurité sanitaire”. Toutes les localités ne semblent cependant pas d’accord. A Faches-Tumesnil, une commune près de Lille, le maire a publié un arrêté municipal autorisant les commerces de sa ville à rester ouvert.