Ils veulent créer une simulation informatique de la Terre

Ultimate Earth Project. Trois mots pour tout changer. Derrière ce mystérieux nom de code se cache en réalité un des projets les plus ambitieux de ces dix dernières années. L’objectif : simuler la Terre en prenant en compte toutes ses caractéristiques. Absolument toutes, et cela vaut pour son atmosphère, sa biosphère, sa cryosphère et donc tous les éléments qui la composent et qui font d’elle le berceau de l’humanité.

UEP est porté par un consortium dirigé par deux chercheurs émérites : John Ludden, le directeur du British Geological Survey, et Philippe Gillet, le vice-président de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne.

Simulation Terre

Des chercheurs veulent créer une simulation de la Terre. Ambitieux, non ?

Pour développer ce simulateur, les deux chercheurs vont s’appuyer sur toutes les données scientifiques collectées durant ces dernières décennies mais également sur les équipements présents chez les particuliers.

Ultimate Earth Project s’appuiera sur toutes les données scientifiques collectées durant ces dernières années

Comme leur station météo par exemple.

Ces informations seront ensuite collectées par leurs soins et elles viendront alimenter une gigantesque base de données spécialement mise en place pour l’occasion. Ils s’appuieront ensuite sur de puissants algorithmes de leurs crus afin de créer un modèle informatique aussi réaliste que possible, un modèle qui sera ensuite utilisé pour donner vie à ce fameux simulateur.

Quel est l’intérêt d’un tel projet ?

Il y en a plusieurs en réalité. Pour commencer, il nous permettra de prendre un peu de recul sur notre propre planète et il sera donc possible par son entremise de considérer la Terre dans sa globalité. Grâce à lui, nous devrions aussi être en mesure de mieux gérer les ressources naturelles et nous pourrions même être en mesure de déterminer l’impact réel des catastrophes naturelles sur nos villes et sur notre environnement.

Toute la communauté scientifique pourra profiter de ce simulateur

Attention cependant car ce simulateur ne sera pas réservé à ce consortium. En réalité, John et Philippe comptent faire de cet outil une véritable plateforme à part entière, une plateforme ouverte à toute la communauté scientifique. Les chercheurs pourront donc l’utiliser pour tester leurs théories ou pour mesurer la portée de leurs découvertes.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, UEP n’est pas le premier projet de ce genre. La National Science Foundation travaille sur un outil similaire depuis 2011, le Earth Cube. Le Japon n’est pas en reste non plus car le pays a développé un super-calculateur au début des années 2000 afin de simuler l’impact des séismes sur le pays.

Maintenant, Ultimate Earth Project a une portée bien plus conséquente. Contrairement à ces différentes expérimentations, ce simulateur ne se limitera en effet pas à un domaine d’expertise en particulier. L’idée, c’est finalement de créer une autre Terre, totalement virtuelle cette fois.